Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 novembre 2013 3 06 /11 /novembre /2013 21:00

Julien Lourau – Fire (Label Bleu) 2005

 

« Enorme sensation de liberté, impression que tout peux arriver » ! C’est un peu ce que l’on ressent à l’écoute de ce superbe disque.

 

Stridences…cris…hurlements…gémissements du saxophone lors de superbes solos exaltés. Moments de pure hystérie musicale. Mais Julien Lourau joue aussi beaucoup plus cool, d’une virtuosité tranquille, lors de passages calmes et apaisés. « Fire », premier volet d’un diptyque (« Forget » le second sorti la même année), est une œuvre éprise de liberté, entre Jazz-Free-rock-Contemporain et Electronic !

Pour cet album, Julien Loureau s’est entouré de formidables musiciens. D’abord, une imparable section rythmique : Daniel Garcia-Bruno et sa batterie aux rythmes éclectiques et contrastés, au jeu tantôt discret, sauvage ou plus subtil ainsi que Vincent Artaud et son jeu de basse mélodique et précis, « funky ou free », mais toujours avec une extraordinaire science du groove

Ensuite, Bojan Z aux claviers ("Xenophonia" 2006). Avec son piano acoustique, au jeu délicat toujours empreint d’une extrême délicatesse, il navigue dans les eaux de la mélancolie. Mais quand il s’arme de son Fender Rhodes, il réussi à téléporter les morceaux dans un autre espace-temps, dans univers proche d’Electric Miles (période « Bitches Brew »). Ce glissement temporel n’est que renforcé par la présence d’Eric Löher. Sa guitare épileptique, furieuse et saturée apporte également une touche rock à l’ensemble, rappelant les grandes heures du Jazz rock/fusion des 70’s !!

L’album s’ouvre avec mon morceau préféré, l’envoûtant et hypnotique « Fire & Forget ». Le saxophone exalté de Julien semble hurler à l’infini, gimmick quasi électro-dub (je pense à Zenzilé), sur un gros rythme très puissant (batterie lourde et basse traînante), très rock même. Et les assauts de guitare électrique ne font qu’accentuer cette orientation musicale ! Tout monte progressivement quand, vers les 3 minutes, un vent de folie Free semble emporter tous les instruments. Comme pris de démence, le saxo gémit et éructe, la batterie et la basse s’affolent, tout comme la guitare et le piano. Un vent de liberté semble souffler au milieu des notes et des croches ! Après cette « crise d’épilepsie musicale » (d'une petite minute), le morceau semble retrouver la raison et reprend sa marche frénétique vers son final.

Les autres titres alternent entre divers styles de Jazz, intégrant même des influences électro, rock, Funk et Hip Hop (comme sur « Sometimes »). La voix est également présente sur certains morceaux mais utilisée avec différentes techniques : scat, chant, narration ou vocalises. Parmi celles-ci, on retrouve le franc-tireur Malik Mezzadri, autre grand jazzmen « tout terrain » et inclassable. Un esprit groove parcourt les 10 compositions de ce disque, toutes étant plus ciselées, novatrices et originales les unes que les autres.

 

En s’entourant de tant de grands musiciens et avec autant de talent, pas étonnant que Julien Lourau ait réussi à s’imposer comme une des figures majeures du Jazz actuel…et de créer un des meilleurs disques Jazz des années 00’s, tout simplement !!!

Partager cet article

Repost 0
Published by Francky 01 - dans Jazz & groove
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : muziksetcultures
  • muziksetcultures
  • : Lieu de réflexions, de découvertes et d'échanges des cultures indépendantes : musique, B.D, cinéma essentiellement.
  • Contact

Recherche