Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 octobre 2014 7 26 /10 /octobre /2014 23:57

(artwork : Storm Thorgerson)

 

Sortie en 1975, année de ma naissance, « Wish You Were Here » est un des plus grands albums des années 70’s. Mélodies chiadées, voix et chœurs célestes, arrangements et orchestrations pharaoniques, expérimentations soniques et production novatrice, claviers vintages et synthétiseurs analogiques en tout genre, solos de guitares telles des chevauchées cosmiques, rythmiques dantesques…..Le Floyd au zénith de sa créativité !!!

Petite anecdote : un soir, alors que les séances d’enregistrement de « Shine On » touchaient à leurs fins, un type hagard, bedonnant, presque chauve et les sourcils quasi rasés entre dans le mythique studio Abbey Road. Personne ne le reconnait de suite. Au bout d’un moment, l’émotion envahit le lieu. C’était Syd Barrett !!

 

Le groupe a débuté par des œuvres psychédéliques, progressives et épiques. En 1979, « The Wall » était un disque ultra sombre. En une décennie, ils sont passés du rock planant au rock flippant !

« Wish You Were Here »UN monument musical, ni plus ni moins !!! 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Francky 01 - dans Krautrock-Psyché
commenter cet article

commentaires

charlu 27/10/2014 08:45

C'est une grosse madeleine pour moi, même si ma préférence va vers Atom et Meedle.. mais quand je mets Wish, le son particulier m'embarque direct vers mes années de découverte Floyd. J'ai du taper dedans, juste après avoir connu le groupe en 79 avec The Wall. J'avais 10 ans ;D
Le son, et la pochettes/images me viennent tout de suite, et les souvenirs d'époque. Le design pour un disk, c'est vachement important nan ?? :D
Rhhhooo..le new sort dans 15j.. je trépigne comme un gamin ;D
Biz

Francky 01 27/10/2014 18:53

En postant ce billet, je me doutais que tu allais réagir. Perso, j'adore aussi "Atom Heart Mother" et "Meedle", tout aussi épiques !!
Le déclencheur de ce post a été la diffusion sur Arté samedi soir d'un excellent doc sur la genèse de ce disque, suivi du monumental "Live at Pompéi".
Et oui, début novembre sort "The Endless River". Qu'en attendre ??? Je ne sais pas. Mais Gilmour, Mason & Wright (R.I.P) réunis sur le même bateau (ou barque c.f la pochette !!), comme au bon vieux temps, c'est alléchant !
Je suis heureux que cette "petite madeleine proustiène" t'es comblé !!!
A +

Pascal GEORGES 27/10/2014 08:05

1975, j'ai 14/15 ans, je suis en troisième et sort ce "Wish You Were Here"...
Des heures de révision BEPC à écouter ce voyage fantastique avec d'autres compagnons vinyliques.
Houses of the Holy, Emile Jacotey, Polnareff "Fame à la mode", la plongée crimsonienne avec The Court, Poseidon et Starless...
Je bataille grave avec mes "copains" de la classe de percussions pour faire admettre la qualité du jeu sobre mais tellement efficace de Nick Mason.
Notre premier groupe de collégiens s'appelle Arsenic rock et il reprend les Beatles, Genesis et déjà compose... son pianiste est le futur Indochine... B.Pilot.
J'entre de plein pied dans Selling England et Fragile et Trilogy/Tarkus/Brain Salad Surgery, la voie m'avait été ouverte par Meedle...
à chacun son passé hein...
Comment veux tu qu'avec tout ça je ne sois pas un fervent adepte du prog...
Sans compter que cette année là j'ai bien failli tourner le dos définitivement à tout ça car au passage Miles est entré par hasard et ça a tout chamboulé...
Alors entre deux le cœur a balancé...

Bien belle chronique et hommage avec la petite anecdote croustillante...
On joue encore régulièrement Wish You Were Here avec mon ami Jean Marc... à nos âges, on s'refait pas...
Et il y a deux ans on a joué l'intégrale de Shine on Your Crazy Diamonds - côté synthés il m'a fallu du taff pour coller au sujet. chez Wright tout n'est simple qu'en apparence...
Chez Mason aussi...
Quand à Gilmour...

Bonne journée et merci pour ce rappel décisif, je le sors aujourd'hui et vais le réécouter...
même si je sais le connaitre par cœur (en 1975 quand tu achetais un album tu l'écoutais en boucle des heures et des heures, des jours et des jours, des semaines et semaines voir... des mois et des mois - investissement rentable et pas de deezer/youtube à l'appui...
à +

Pascal GEORGES 28/10/2014 23:52

Il est vrai que je ne viens pas souvent commenter, mais je tente de passer te lire régulièrement.
Là l'occasion était trop belle...
Plus bas tu parles de Floyd à Pompei, c'est en voyant ce film, ado que j'ai découvert la dimension bruitiste et contemporaine que pouvait apporter le rock...
Je ne me souviens plus du titre mais les images restent avec Wright martelant son piano, Gilmour assis triturant sa guitare et effets et Waters cognant son gong comme un damné, là dessous Mason embarqué sur ses toms... du vent le sable tournoyant...
image épique qui m'a fait de suite comprendre que le rock pouvait tout oser, comme une porte qui s'ouvrait...
Ce film je l'ai ensuite vu de nombreuses fois au ciné, en maison culture (Grenoble en particulier) puis acheté bien sur...
La version de Echoes est inoubliable avec le passage morbide et les têtes antiques (je te dis ça de mémoire... car je l'ai pas sous les yeux...).
J'ai enregistré l'émission - je la visionnerais ces jours, bien sûr...
Magique tout de même que tout cela autour d'un simple nom : Floyd et qui fait resurgir tant de sensations...
Mais eux aussi s'engageaient, un différence notable...
As tu lu le livre de Mason ?
si oui, alors tu sais...
si non, tu seras passionné par ce récit.
à +

Francky 01 27/10/2014 18:32

Merci pour ce commentaire, comme toujours passionnant et pertinent.
Sacré références cités, notamment le Roi Crimson et ses albums magnifiques....et terriblement épiques !!!
C'est vrai que les claviers de "Wish You Were Here" sont superbes. Mais les solos de guitares, les rythmiques...quelle classe ! Ah, Les Floyd, toute une époque, tout un univers emplie de nostalgie pour beaucoup.
Ça fait plaisir que ce modeste post, écris en toute simplicité, procure autant d'émotions. Ah, les 70's, quelle sacré décennie ! Une autre époque semblant si lointaine où l'objet album avait une réelle pertinence. Comme tu le dis, l'achat d'un disque impliquait un réel engagement.
Merci encore de tes passages ici....et des traces laissées.
A +

Présentation

  • : muziksetcultures
  • muziksetcultures
  • : Lieu de réflexions, de découvertes et d'échanges des cultures indépendantes : musique, B.D, cinéma essentiellement.
  • Contact

Recherche