Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mai 2010 7 16 /05 /mai /2010 22:26

FiresInDistantBuildings.jpg

"Fires in distant buildings" de Gravenhurst (2005) Warp

Note : * * * * * *   *

 

Depuis le temps que j'avais envie de parler de ce skeud, j’écris enfin une petite bafouille sur ce sublime "Fires in distant buildings" de Gravenhurst, sorti en 2005 chez WARP, mythique label plus connu pour ses productions électro-expérimentales (Boards Of Canada, Autechre, LFO, etc...).

Son auteur, Nick Talbot, homme orchestre sacrément doué originaire de Bristol, signe là un petit chef-d’œuvre de rock mélancolique, psychédélique et atmosphérique. Véritable tempête sonore, le disque envoûte l'auditeur dès la première écoute! Fait de pic, de roque (rock!), d'explosion volcanique mais aussi d'accalmie aux mélodies mélancoliques et complexes, tout cela au sein d’un même morceau parfois comme sur l'hypnotique "Song from under the arches".

Son disque d’avant était beaucoup plus calme, un disque de folk bucolique, « Flashlight Seasons ». Mais cette fois, le ton monte est il sera résolument plus électrique, électronique, rock et éclectique. Enregistré pendant une période sombre de sa vie, le disque dégage une violence intérieure, insidieuse et rentrée mais totalement communicative. Mais point de pathos malgré cela ! C'est une des forces de "Fires and distant buildings"

Par ses rythmes lents et puissants, ses explosions soniques quasi volcaniques et son coté envoûtant, le disque convoque certaines références 

  • Tout d’abord, un album que j’écoutais ado m’est tout de suite venu en tête : "Undertown" des américains de Tool.
  • Ensuite, d’autres groupes ou styles me viennent aussi à l’esprit comme : The Velvet Underground, le krautrock (Neu! ou Can), le rock noisy (Sonic Youth, Low, etc..), la cold wave (Joy Division ou The Cure) et même le rock prog’ par des titres de plus de 10 min tout en montés et cavalcades  !
  • Mais aussi, comme sur le précédent, avec les titres plus calmes Nick Drake et son folk baroque et même les Kinks, magnifiquement repris sur le final "See my friends".

Tous ces noms prestigieux sur ces frêles épaules auraient pu l'écraser, mais Nick Talbot les a entièrement digérés pour ensuite façonner sa propre musique, avec son identité et son vécu! Il a réussit à créer une musique hybride et c’est là l’autre force de ce somptueux disque.

 

Si vous êtes prêt pour une envoûtante expérience sonore, une seule solution : appuyer sur le bouton PLAY et laissez-vous envahir! BON VOYAGE !!!

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Francky 01 ou Chico+ - dans Shoegaze - Post Rock indies rock & Pop
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : muziksetcultures
  • muziksetcultures
  • : Lieu de réflexions, de découvertes et d'échanges des cultures indépendantes : musique, B.D, cinéma essentiellement.
  • Contact

Recherche