Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 avril 2008 1 28 /04 /avril /2008 14:27

HappinesssebschullerIl y a des disques, bien que magnifiques et très aboutis, restent hélas méconnus du grand public. Pas ou peu de passages radio et télé (hormis quelques îlots de résistance type "Tracks" sur Arté), mal distribués (n'allez pas les chercher dans les rayons des supermarchés), ils n'ont droit qu'aux honneurs de la presse spécialisée. "Happiness" est de ceux-là !

 

 

Sortit en 2005 sur le petit label catalogue, ce premier opus est l'oeuvre d'un modeste artisan "pop" parisien, Sébastien Schuller. Un citadin trentenaire, les deux pieds dans la ville mais l'âme et la tête dans les nuages. Modeste artisan je disais, mais pas du tout médiocre, tant la qualité de l'ouvrage est impressionnante ! Du véritable travail d'orfèvre. Sébastien Schuller à entièrement écrit, composé, interprété (voix, choeurs et tous les instruments) et enregistré ce disque en solitaire. Et ceci dans son appart' sous les toits de Paris, en pleine ville. "Happiness", malgré tout, est pourtant une ode aux grands espaces, aux voyages imaginaires, à l'extase, au bonheur et à la mélancolie ! Véritable kaléidoscope de sentiments contradictoires, de sensations, d'ambiances bucoliques teintées de mélancolie ! Parfois, au détour d'une mélodie, le spleen rôde ! Mais c'est un spleen emplis de clarté, de lumière. L'espoir est toujours présent !

Nul déchets sur les onzes titres qui constituent cet album, tous serties de main de maître. De l'ouverture "1978" au final "Le dernier jour", c'est le même souffle lyrique qui emporte l'auditeur, le faisant traverser, tel Alice au pays des merveilles, de l'autre côté du miroir. Comme envouté, on en ressort léger, heureux, "happy" et appaisé. Bien sûr, certains morceaux se démarquent, comme mon préféré, l'onirique et épique "Where we had never gone".

Véritable architecture foisonnante et complexe, ce disque est un parfait équilibre entre bidouillages electroniques et instruments rock (guitare, basse, synthés..).

Malgré une production maison, on ne peut qu'être admiratif par sa qualité, par ses trouvailles sonores. "Happiness" pourrait s'apparenter à du Radiohead Lo-fi : même travail sur les choeurs et le son, même lyrisme, même génie mélodique mais avec des moyens beaucoup plus modeste.


HAPPINESS : Bonheur, qui rend heureux ! Cette définition du dictionnaire résume parfaitement ce disque. Et quel disque. A découvrir de toute urgence !!


 

 

                  

Partager cet article

Repost 0
Published by Francky 01 ou Chico+ - dans indies rock & Pop
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : muziksetcultures
  • muziksetcultures
  • : Lieu de réflexions, de découvertes et d'échanges des cultures indépendantes : musique, B.D, cinéma essentiellement.
  • Contact

Recherche