Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mars 2009 2 24 /03 /mars /2009 11:46

6a00e55011c06f883301156f4469e8970b-800wi

"L'Imprudence" - Alain Bashung (Barclay) 2002

 

"Restons en vie, même en dents de scie. Restons uniques, restons en vie..." 

 

Bashung s’en est allé, cette saloperie de cancer aura eu raison de lui. Comme le dit ce vieil adage, « à la fin, c’est toujours la mort qui gagne ». Pour exorciser cette tragédie, écoutons ses chansons, cet héritage musical qu’il nous a laissé. Et en son sein, ce pic de noirceur, de classe pas classique pour un sou, ce brulot expérimental qu’est « L’Imprudence ». Alors, face à cette tragédie, I remember Bashung.

« L’Imprudence », sortie en 2002, pourrait être le manifeste d’une chanson française expérimental, poétique et décomplexée. Mais dark, très dark ce disque, où les fantômes de Ian Curtis croiserait ceux de Gainsbourg et de Ferré, voir Dylan (une de ses grandes référence, mais vivante bien-sur !), pendant l’enregistrement d’un disque de chanson française, dans un laboratoire en recherches électroniques dirigé par Autechre et Brian Eno !

Cinq ans après « Fantaisie militaire », cet Himalaya virtuose et expérimental de la chanson made in France, Bashung revient tutoyer les anges. Haut. Il vole tellement haut à présent qu’il largue en chemin toute la concurrence française, pourtant pas avare en singer/songwriteur de talent.

« C’est un pic, c’est un roc, non que dis-je, c’est une péninsule ». Cette réplique, devenue mythique, du « Cyrano de Bergerac », résume parfaitement ce projet pharaonique. On s’aventure dans « L’Imprudence » comme dans un territoire encore vierge. Etre face à « L’Imprudence », c’est comme être face à la mer, et apercevoir et ramasser ces bouteilles porteuses de messages, de chansons. Chaque bouteille est une chanson différente.

Inhospitalier, parfois dangereux, parfois réconfortant, mais toujours fascinant, c’est un îlot aride et sauvage où viennent s’échouer les pensées, les espoirs et les doutes d’un artiste arrivé au zénith de sa créativité. D’ailleurs, Bashung lui-même, conscient de l’entreprise, s’est parfaitement entouré. Pour les textes, d’une époustouflante beauté poétique, le fidèle Jean Fauque est de la partie. Miossec aussi, qui lui a écrit « Faisons envie », et que ce vieux loup de Bashung a pris l’habitude de chanter avec son épouse Chloé Mons. En digne (et seul ?) héritier de Ferré (dernière période), il a écrit de formidables poèmes oniriques et mélancoliques. Et que dire de sa reprise de « Jamais d'autre que toi » de Desnos ? Sublime.

Et pour traverser toutes ces péripéties, Bashung s’est constitué un « super band » de renégats hors normes. Marc Ribot (guitare électrique et acoustique), Arto Lindsay (guitare électrique), Martyn Barker (batterie, percussions), Steve Nieve (orgue, piano, tubular bells), Simon Edwards (guitare basse, contrebasse, bendir), les électroniciens suisse de Mobile In Motion. Avec-eux, il dessine le futur de la chanson, forcément mélodique, symphonique et électronique. Car, quand on ouvre une bouteille flottant dans cet océan nommé « L’Imprudence », le film commence, forcément lynchien. Ces symphonies de poches, c’est la bande son du futur David Lynch. Ces compositions énigmatiques et envoutantes rappellent celles d’Angelo Badalamenti, revues et corrigés par la chanson cold-wave, l’électro dark-folk de Bashung.

 

Tant de puissance tellurique, de poésie, de virtuosité se mérite. Accéder aux méandres de ce disque, à ses secrets est un long apprentissage. Tout d’abord, on constate sa beauté. Ensuite, en se baladant, on commence à apercevoir les récifs, les aspérités d’une telle architecture, mais sans en comprendre le sens, et la force. Mais à force d’attention, on commence à pénétrer en son sein. Et chaque écoute recèle sa part de découverte, de magie. Et l’on se retrouve face à une œuvre intarissable et intemporelle. Les mots, les notes, le geste bashungien se meut en oracle. Et « L’Imprudence » revêt alors sa part mystique. Car Bashung est bel et bien ce chamane rock, à l’image du loner Neil Young, ou du Cheyenne psychédélique, gardien des portes de la perception (« The Doors »), Jim Morisson.

 

Mais comme pour une « œuvre d’art totale », le visuel n’est pas oublié. Tel un dandy rock, il pose sur la photo de la pochette avec une classe inouïe. Cette esthétique sombre et classieuse, très travaillée, renforce le romantisme mélancolique très XIXème de ce bijou artistique.     

 

Avec le temps (« va, tout s’en va…. »), on se rendra compte de l’importance de ce disque, véritable pierre angulaire de la chanson française. A l’égal d’autres chefs d’œuvres français, des Gainsbourg, Ferré ou Brel, « L’Imprudence » deviendra à coup sûr une référence, un monument indépassable pour toutes les futures générations d’aspirants poètes chanteurs. Et il fera encore tellement bon, et pour longtemps, s’y lover, s'y balader et s’y perdre pour mieux s’y retrouver, se retrouver…….Pour s’y perdre à nouveau.

 

Alors : «  À l'avenir, laisse venir, laisse venir, l’Imprudence » !!!

Partager cet article

Repost 0
Published by Francky 01 ou Chico+ - dans chanson-rock français
commenter cet article

commentaires

Pascal Georges 03/12/2013 22:17

Je viens de lire ton article sur Bashung.
Moi aussi son départ m'a beaucoup affecté, il est et reste l'un de ces trop rares artistes estampillés chanson française qui, issus de la génération qui ne pouvait négliger le rock (Sheller aussi en parle), a modifié tangiblement le paysage de notre environnement franco-français...
J'ai rencontré mon épouse en écoutant "Vertige de L'amour", j'ai suivi sa carrière puis ai décroché jusqu'au jour où chez mon ami Roland Richard (ex Pulsar-l'autre grand versant du prog français) on m'a mis en mains Fantaisie Militaire et là j'a raccroché définitivement à l'homme, à son art, à sa façon de mettre les mots et la musique en phase délirante et poétique, précieuse, soignée, attentive...
Plus qu'un grand il fut un géant et il restera non comme juste un "chanteur", mais un véritable artiste qui a fait réellement et concrètement évoluer les choses et pousser loin les limites de ce qui n'aurait pu être qu'un "genre" et avec lui est devenu art.
Cet album dont tu parles est énigmatique et reste l'un de mes préférés.
J'ai plusieurs DVD de concert de l'homme et ses fantastiques musiciens, complètement impliqués dans son discours artistique.
Unique et inaccessible...

Francky 01 03/12/2013 22:23

Ah, le cas Bashung....Immense artiste est le mot !!!
Moi aussi j'ai ces 2 last DVD live et j l'ai vu sur scène lors de sa Tournée des Grands Espaces en 2003...son retour sur scène après plusieurs années d'absence. Enorme zt émotionnellement parlant !!
Merci de ce retour. Ce texte, j'en suis assez fier, un de mes préféré que j'ai écris....
A + amigos.

christorama 07/05/2009 17:44

coucou l'ami,
ça va ?
que deviens tu ?
donnes des nouvelles stp

amitiés

christo

Présentation

  • : muziksetcultures
  • muziksetcultures
  • : Lieu de réflexions, de découvertes et d'échanges des cultures indépendantes : musique, B.D, cinéma essentiellement.
  • Contact

Recherche