Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 juin 2010 3 30 /06 /juin /2010 00:39

Tout d'abord, je tenais à remercier Julien Deverre de Babylon Promotion pour ce disque. En plus de leur blog D.O.D.B, ils font un super boulot de promotion de bons artistes.

 

Les disques de reprises, c’est quasiment devenu un genre en soi. Les américains appellent cela « covers recording ». Nombres de groupes/artistes ont dans leur carrière goutté au plaisir de reprendre « leurs héros ». Hommage ou panne d’inspiration ?

Quand on parle de disques de reprises, je pense forcément :

- A la sublime et féline Cat Power avec son « The Covers Record » en 2000 et qui récidivera en 2008 avec « Jukebox ».

- Au grand Johnny Cash, épaulé par le producteur Rick Rubin (Beastie Boys), poussera le concept en un véritable projet artistique en plusieurs volets, les mythiques « American Recording ».

- A Jeffrey Lewis, qui ira jusqu’à réaliser un disque entier de reprises d’un même groupe, les anarcho-keupons de Crass, avec « Crass Songs » en 2007 !

 

Mais revenons à ce qui nous intéresse, c'est-à-dire à « If i had a hi-fi » de Nada Surf. Après lecture de la liste des titres composant ce disque, soyons honnête, j’ai été d’abord surpris. Deux hypothèses se sont offertes à moi. Soit j’étais face à un manque apparent de cohérence de l’ensemble ou un bel exemple d’éclectisme de la part du groupe. Au choix ! Car c’est ainsi Depeche Mode qui côtois The Go-BeetwensArthur Russel, les Moody Blues avec SpoonKate BushThe Soft Pack et Coralie Clément pour les artistes que je connaissais.

 

Mais dès la première écoute et à la vue de la qualité des morceaux, j’ai vite adhéré pour la deuxième hypothèse, l’éclectisme des choix. Car le disque transpire l’énergie et le plaisir de jouer ensemble et d’en donner à l’auditeur. Nada Surf reprend ainsi des titres connus mais à leur sauce et le disque sonne très pop. Ainsi « Enjoy the silence » de Depeche Mode, sans être dénaturé, devient presque un hit pop-rock à l’anglaise, c'est-à-dire très mélodique et très énergique avec ces chœurs « palapa pa » en prime oblige. Même constat pour le « Loves goes on » des mythiques The Go-Beetweens. S’enchaine le plus calme et apaisé « Janine » d’Arthur Russell, tout en retenue contrôlée. Ensuite, le très beau « You where so warm » de Dwight Twilley, dont hélas, je ne connaissais pas l’original. Idem pour le titre n°11 « Evolution » de Mercromina (apparemment un groupe espagnol) et le morceau d’ouverture du disque, « Electrocution » de Bill Fox, joué avec une pèche communicatrice.

C’est marrant d’entendre le « Love and anger » de la diva pop Kate Bush chanté par un groupe de mecs et ce « Bye bye beauté » de Coralie Clément, tout deux fort bien réinterprétés et en français pour la seconde. Entre les deux titres, se balade tranquillement « The agony of Laffitte » qui n’a pas à rougir de l’original de Spoon.

La composition de « Question » des Moody Blues est respectée, mais en relecture saturation et son rock 90’s ! Il commence pied au plancher, très speed, pour s’offrir un petit break plus psyché avant de repartir à 100 à l’heure. Grand moment de contraste fureur/douceur du disque avec le « Bright side » de The Soft Pack, quatuor actuel d’Indie Rock de San Diego.

L’ouverture du titre « Evolution » de Mercromina, avec ces cordes de toute beauté où s’amarrent ensuite les guitares et la voix, est superbe, tout en lyrisme rock. Encore un temps fort de l’album !

 

Pour résumer : Nada Surf a réussi un disque de reprises aux choix très éclectiques, superbement (ré)interpété et, au grand dam de me répéter, à l’énergie manifeste. Un disque parfait pour cet été et qui, ensuite, réchauffera vos longues soirées cet hiver.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by muziksetcultures - dans indies rock & Pop
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : muziksetcultures
  • muziksetcultures
  • : Lieu de réflexions, de découvertes et d'échanges des cultures indépendantes : musique, B.D, cinéma essentiellement.
  • Contact

Recherche