Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 novembre 2012 7 18 /11 /novembre /2012 19:29

JoeDaly-2009-RedMonkey_JohnWesleyHarding.jpg

« The Red Monkey dans John Wesley Harding » - Joe Daly (L’Association) 2009

 

 

Après ma critique de "Dungeon Quest Tome 1" - Joe Daly, je voulais vous parler d’un autre de ses livres sorti la même année (2009) mais que je viens seulement de lire, tout aussi génialement déjanté : « The Red Monkey dans John Wesley Harding ». Et comme tous ces autres albums, c’est l’excellente maison d’éditions L’Association qui les publie.

 

L’Histoire : Paul, travaillant dans un refuge pour animaux, demande à son pote Dave, grand fumeur de ganja et accessoirement auteur de comics, de retrouver un capybara qui s’est enfuis suite à un cambriolage. Partant à la recherche de l’animal nommé John Wesley Hardingdans les marais environnant, ils vont faire d’étranges rencontres et découvertes qui vont les embarquer dans une enquête des plus surprenantes.

 

Généralement, les histoires de Joe Daly débutent normalement avec des personnages (certes sacrément barjots) dans la banalité de leur quotidien. Mais très rapidement, elles basculent dans l’étrangeté, entraînant ces gens ordinaires dans des aventures extraordinaires, barrées et surréalistes, parfois à la limite de l’absurde. D’une situation de départ en apparence « normale », l’histoire se transforme en une véritable odyssée par une succession d’événements incongrus. Ces multiples péripéties sont totalement inattendues, pas du genre prévisible avec de grosses ficelles convenues. Dans ce livre, la simple recherche d’un animal va devenir une enquête policière afin de démasquer un sombre complot immobilier. Comme pour « Dungeon Quest », même les situations les plus invraisemblables deviennent plausibles. Mais pour cela, il faut une mécanique implacable. Virtuosité du scénario, des dialogues et de l’humour, finesse des personnages et décalage permanent contribuent à une adhésion sans réserve de son univers. 

 

 

Le dessin y est aussi pour beaucoup. Le style graphique de Joe Daly s’apparente à la ligne claire franco-belge mais réappropriée et réinterprétée. Les couleurs sont savamment travaillées et très agréables, alternant teintes vives et chaudes ou plus froides suivant la dramaturgie de l’histoire. Les scènes nocturnes sont à ce titre exemplaire. Sous exposées mais quand même très lisibles, elles donnent vraiment l’impression d’être dans la nuit.

 

En grand fan d’Hergé, l’auteur le cite plusieurs fois, allant jusqu’à parodier certaines parties d’albums du reporter à la houppette. Par exemple, quand le détective et nos deux héros enferment dans un bunker secret les ouvriers prisonniers, la case illustrant cette action est construite à l’identique de celle correspondante dans « Vol 747 pour Sydney » (en bas, les deux cases cote à cote, c’est flagrant). On peut ainsi s’amuser à débusquer dans le livre les autres citations à Tintin et ajouter celles se rapportant aux aventures policières de « Black & Mortimer » (J.P Jacobs).

Et niveau Rock’n’Drugs cette fois : Le nom donné à l’animal (le capybara) ainsi qu’au titre du livre, John Wesley Harding est une référence au célèbre disque de Bob Dylan de 1967. Et notre (anti)héros à pied de singe est grand amateur de pétards. !!

 

Tout ceci contribue à faire de cette bande dessinée une véritable réussite dont la lecture est ultra jubilatoire. Joe Daly est décidément un très grand auteur et L’Association, une des meilleures maisons d’édition actuelle.

 

Citation visuelle : La case de Joe Daly

JoeDaly-2009-J.W.H.jpg

Et celle d'Hergé. Troublant !!!

JoeDaly-2009-J.W.H-Herge.jpg 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

La bUze 23/11/2012 10:23


je plussoie, ce JWH est juste excellent  !

Francky 01 23/11/2012 17:20



Exact comme tout Joe Daly !!! La saga "Dungeon Quest" est tout a fait recommandable aussi. J'en ai d'ailleurs écris ma critique (voir lien sur ce
post).......Vivement le n°3. 


A +



Présentation

  • : muziksetcultures
  • muziksetcultures
  • : Lieu de réflexions, de découvertes et d'échanges des cultures indépendantes : musique, B.D, cinéma essentiellement.
  • Contact

Recherche