Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juillet 2010 1 26 /07 /juillet /2010 22:51

Chauzy&MarcVillard-2009-GuitareBoDiddleyMarcVillard-2003-GuitareBoDiddley.jpg

 

 

Dernièrement, sans pause ni respiration, j’ai lu d’un seul trait cette bande dessinée absolument captivante et fascinante : « La guitare de Bo Diddley ». Adaptation par Marc Villard lui-même d’un de ses polars (datant de 1987) et dessiné par Chauzy, cet album est publié dans l’excellente collection Rivages Casterman Noir. Cette magnifique collection accueille ainsi des adaptations dessinées de certains des grands polars édités chez Rivages Noir. Ainsi, j’ai aussi dévoré le déjanté « Pauvres Zhéros » de Pierre Pelot / Baru, le sombre et désespéré « Nuit de fureur » de Jim Thompson / Miles Hyman, l’ultra machiavélique et psychologique « Shutter Island » de Dennis Lehane / Christian De Metter, qui est en plus d’un roman et d’une B.D, un film de Martin Scorsese, d’une maestria et d’une virtuosité hallucinante. Le chef d’œuvre cinéma 2010 ????

Mais revenons à « La guitare de Bo Diddley », décapant road movie noir et urbain se déroulant dans Paris. Mais ici, ce n’est pas la ville carte postale pour touristes qui y est décrite, ô non, mais plutôt l’inverse, l’envers du décor, sorte d’arrière boutique mal famée. le Paname des junkies, des p’tites frappes, des losers, des putes et autres trafiquants en tout genre. Le Paris d’la nuit, des bars glauques, des caves de jazz enfumées et des musiciens complètement accros qui, tel le héros de « L’Homme aux bras d’or » d’Otto Preminger, diluent leurs talents en fixes avec l’eau d’la cuvette des chiottes et sont prêt à vendre leur instrument juste pour une dose !

Entre polar crépusculaire, chronique de la rue et docu-fiction musical, une histoire totalement rock’n’roll où une mythique guitare, la « Blue Hawaï n°1 » de Bo Diddley, passe de main en main dans une ronde frénétique et macabre. Et des cadavres, elle va en provoquer cette fameuse guitare rectangulaire, objet de tant de convoitises, jusqu’à se demander si elle n’est pas maudite ou damnée, tel l’âme de Bo Diddley. Aurait-il, comme Robert Johnson avant lui (selon cette fameuse légende urbaine), passé un pacte avec le diable ? Et cette instrument, ne serait-il pas là pour rappeler l’engagement ????

Docu-fiction musical je disais car son auteur, Marc Villard, est un fin connaisseur et un amateur (fort) éclairé de " pop culture ". Il profitte de l'atmosphère rock'n'roll de son récit pour raconter l'histoire (vrai ou fantasmé ??) de cette guitare et distiller nombre de références musicales : à Bo Diddley, au jazz, aux Rolling Stones,  etc...

 

Le dessin de Chauzy, au style vif, soigné et quasi hip hop, à la limite du graf’, ces couleurs froides d’un bleue glacial contribuent à créer cette ambiance glauque et poisseuse où la mort est omniprésente. Une ambiance blues, mais d’un blues de Bo Diddley évidement, un blues originel !!!!

 

Egalemment lu, dans la collection Rivages Casterman Noir :

 

Baru&P.Pelot-2008-PauvZherosC.DeMetter-D.Lehane-2008-ShutterIsalnd.jpgM.Hyman-J.Thompson-2008-NuitFureur.jpg

 

Partager cet article

Repost 0
Published by muziksetcultures - dans Bandes Dessinées-Livres
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : muziksetcultures
  • muziksetcultures
  • : Lieu de réflexions, de découvertes et d'échanges des cultures indépendantes : musique, B.D, cinéma essentiellement.
  • Contact

Recherche