Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juin 2011 3 29 /06 /juin /2011 20:15

WolfParade-2008

      At Mount Zoomer Wolf Parade (2008) Sub Pop Records

 

La "Parade Des Loups" et leur second album

 

Depuis un certains temps (ou un temps certains), j’explore la bouillonnante scène (Post)rock canadienne, notamment via l’excellent label Constellation. Des groupes comme A silver Mt Zion, G.Y.B.E, Molasse, Arcade Fire, The Besnard Lakes….en véritables insoumis et chevaliers de l’underground, offrent une des plus belle alternatives au rock actuel. Dans cette lignée, je découvre avec un peu de retard le second album de Wolf Parade, “At Mount Zoomer” !!!!

 

 

En 2008, avec “At Mount Zoomer”, les Wolf Parade se sont affranchis du format pop classique (couplet/refrain) de leur premier album « Apologies To The Queen Mary » afin de créer des morceaux aux structures beaucoup plus élaborées. Ils y proposent un indie rock complexe et exigeant tout en restant accessible, coupé à la pop, au (Post)punk arty new yorkais et même avec des relents de rock progressif 70’s. Un vent de lyrisme souffle sur cette œuvre, traversée de fulgurances épiques où planent les spectres de Television, des Talking Heads et de David Bowie.

 

Les guitares (Dan Boeckner) tranchantes, psychédéliques, endiablées ou plus douces, la basse (Spencer Krug) et la batterie (Arlen Thompson) au jeu précis et tout en subtilité s’enlacent à merveille dans les mélodies de claviers (Hadji Bakara) cheaps aux sonorités éclectiques, très années 80’ (ex : l’intro de « California dreamer »), parfois à la limite du kitsch. Chez beaucoup d’autres, ces sons tomberaient à plat ou « ringardiseraient » le propos. Mais chez eux, cela apporte une touche décalée. Les arrangements savamment construits alternent montées volcaniques, duels guitare/clavier (ce dernier mixé très en avant) et passages plus planants, progressifs et aériens, comme hors apesanteur. Et les voix entremêlées de Dan Boeckner et Spencer Krug se lovent à merveille dans ce majestueux écrin sonique.

 

Les Wolf Parade l’enregistrèrent seul à Montréal, sans ingé son, en partie dans le studio d'Arcade Fire (une ancienne église reconvertie) et dans celui du batteur Arlen Thompson nommé Mount Zoomer (d’où le titre du disque).  

 

La pochette du disque, contrairement à sa musique d’une beauté rayonnante, est absolument hideuse, à tel point qu’elle pourrait rebuter son achat et son écoute. Mais bref, passons.

 

A la sortie de “At Mount Zoomer”, leur label Sub Pop l’avait qualifié de « This is génération Marquee Moon » (le chef d’œuvre de Television). Est-il vraiment de cet acabit ? Je ne sais pas, les deux œuvres étant difficilement comparable.

 

En tout cas, il marqua une nouvelle évolution dans le travail de Wolf Parade qui placèrent définitivement Montréal au centre de l’indie rock mondiale. Vive le rock québécois libre !!!!!

Partager cet article

Repost 0
Published by Francky 01 - dans indies rock & Pop
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : muziksetcultures
  • muziksetcultures
  • : Lieu de réflexions, de découvertes et d'échanges des cultures indépendantes : musique, B.D, cinéma essentiellement.
  • Contact

Recherche