Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 décembre 2011 5 23 /12 /décembre /2011 17:48

BarnOwl-2011-LOST-IN-THE-GLARE.jpg

 

« Lost In The Glare » - Barn Owl Thrill Jockey (2011)

Note : * * * * * *   *

 

 

Décidément très créatif et productif en 2011, le duo de Drone métal/ Doom psychédélique Barn Owl est de retour avec « Lost In The Glare » après un EP 3 titres en ce début d’année, le très planant « Shadowland ».

Un univers fascinant et onirique remplie de guitares bourdonnantes, puissantes mais très lentes, de claviers hypnotiques, de mélodies d’une beauté mélancolique, de vagues soniques à l’image des dunes de sa pochette. Ici, c’est autant les claviers (des Juno)  que les guitares qui « bourdonnent » jusqu’à se mélanger et se fondre ensemble pour se confondre.

Une musique volcanique qui, telle la lave en fusion, est en bouillonnement constant, alternant apaisement, montées progressives et explosions fulgurantes. Toujours sur le fil du rasoir, elle est en tension permanente même lors des passages les plus calmes qui sont comme de violentes accalmies. Un silence assourdissant résonne au plus profond de ces Abymes soniques !

Les atmosphères y sont cinématographiques, telle une B.O attendant son film. Mais « Lost In The Glare » pourrait très bien être celle d’un film mystérieux et onirique de David Lynch ou, tel des Neil Young Drone-rockers, accompagner les divagations métaphysiques et poétiques de Blake, le personnage lunaire de « Dead Man » !

« Lost In The Glare » est un voyage cosmique, lointain, donc immensément grand. En revenant sur terre (par ces touches orientalisantes), il se fait plus humain donc infiniment plus petit. Contraste et paradoxe !!!

De disque en disque, Barn Owl créé sa version du rock psychédélique, un néo-psychédélisme 2.0, actuel donc moderne, héritier de ses glorieux ancêtres donc cosmique. Mais à l’instar de Psychic Ills ou Wet Hair (deux des plus belles et pertinentes propositions de néo-psychédélisme cette année), le duo y ajoute ultra puissance, lenteur ainsi que des drones.

Barn Owl prouve qu’en 2011 le mouvement psychédélique est loin d’être mort. Par contre, c’est l’imagerie « baba cool/Patchouli » qui collait à la peau de ce style que le groupe a définitivement enterré pour redessiner ses contours et définir ainsi sa version du psychédélisme.

Résultat : Un néo-psychédélisme fait de drones, de rock lourd, puissant, lent (Slow-métal) et futuriste !!!

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : muziksetcultures
  • muziksetcultures
  • : Lieu de réflexions, de découvertes et d'échanges des cultures indépendantes : musique, B.D, cinéma essentiellement.
  • Contact

Recherche