Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 août 2011 1 01 /08 /août /2011 21:55

SofiaCoppola-2011-Somewhere

« Somewhere » de Sophia Coppola (2011) U.S.A

Note : * * * * * *  * 

Johnny Marco (Stephen Dorf), acteur à succès, passe son temps entre tournages, interviews, faire la fête, baiser ou errer dans les couloirs de l’Hôtel Château Marmont qui lui sert de maison, etc..Bref, son existence est d’une totale vacuité. C’est alors que déboule sa fille Cléo (Elle Fanning) pour passer 15 jours ensemble. Ils vont se r(e)découvrir, apprendre à se connaitre et à s’aimer et elle va ainsi redonner un sens à sa vie.

 

Depuis ses débuts avec l’éblouissant « Virgin Suicides » (1999), Sophia Coppola filme inlassablement la même chose, comme une thématique récurrente (voire obsessionnelle) : Des êtres qui se cherchent, des gens paumés dont les existences semblent vide de sens. Sophia Coppola, cinéaste du mal de vivre, de l’ennui et du vide existentiel ??? En tout cas, ça en a tout l’air.

 

« Somewhere », bien qu’ayant une trame scénaristique, ne possède ni début, ni fin véritable. L’histoire aurait très bien pu commencer avant et se finir après. Et le comble, c’est qu’au milieu, il ne s’y passe presque rien. Presque rien ????? En apparence seulement, car comme chez Wong Kar Wai ou Gus Van Sant, le plus fort, le plus beau n’est pas dis, n’est pas réellement montré mais suggéré. C’est un cinéma du non-dit, une sorte de poésie visuelle suggestive. Le spectateur se retrouve ainsi actif (intellectuellement parlant) au lieu de la passivité habituelle auquel il est confronté avec les ¾ des productions sortant chaque année.

Sophia Coppola n’hésite pas à jouer sur la durée des plans, le hors-champ et la lenteur. Ses films sont contemplatifs, remplis de scènes éthérées où des personnages lunaires divaguent sur des musiques planantes. « Somewhere » s’inscrit donc totalement dans son œuvre, sans rupture ni changement. D’où la sensation pour certains de voir toujours le même film et d’éprouver un certain ennui.

La musique est fondamentale dans le petit univers de Miss Coppola. Ses B.O sont de véritables playlists « indie » idéales, nourries de son éclectisme musical très pointu. Ainsi se côtoient en toute sérénité l’electronica / drum’n’bass de Squarepusher, Air, Death In Vegas et Aphex Twins, le post-punk / shoegaze de Kevin Shields, My Bloody Valentine, The Jesus and Mary Chain, Gang Of Four, Radio Dept. et New Order, la cold wave de Siouxsie and the Bansheeset The Cure, la pop et le folk de Sébastien Tellier, The Strokes, et bien sur de Phoenix (dont le chanteur est son boyfriend).

 

Au final, un film sympa, poétique mais qui aurait pu gagner en épaisseur. Certains le trouveront peut être ennuyeux. Heureusement, sa courte durée (1h40min) n’amplifie pas cette sensation.

Mais avec une mise en scène virtuose, un travail pertinent sur les plans, un bon jeu d’acteur (basé sur l’épure, le minimalisme) et surtout une superbe utilisation de la musique, magnifiant ainsi certaines scènes, « Somewhere » reste très correct. Evidemment, il n’arrive pas au niveau de son chef d’œuvre « Lost In Translation ». Mais on ne peut pas toujours exceller. En tout cas, je dis vivement le prochain !!!

 

Alors, Sophia Coppola, cinéaste indie pop ?????? A vous de juger !

Partager cet article

Repost 0
Published by Francky 01 - dans Cinéma-DVD
commenter cet article

commentaires

CroCnique 06/08/2011 19:40



Je n'ai même pas tenu 10 minutes !



Francky 01 06/08/2011 21:50



Je sais CroCnique, tu ne supporte pas ce film et tout son cinéma. Même moi, j'ai préféré quand même "Lost In
Translation" que je considère comme un chef d'oeuvre, 1 film de mon top 10 années 00', sommet de cinéma neurasthénique et contemplatif !!! 


Je suis en train d'écouter des anciens Idaho et je me fait cette réflexion : Le travail de Sophia Coppola est le slowcore
du cinéma !!! Qu'en penses-tu ????


A + + 



Présentation

  • : muziksetcultures
  • muziksetcultures
  • : Lieu de réflexions, de découvertes et d'échanges des cultures indépendantes : musique, B.D, cinéma essentiellement.
  • Contact

Recherche