Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 octobre 2013 1 07 /10 /octobre /2013 21:43

 

« Le piano n’était le violon d’Ingres de Simon Nardis. C’était bien plus qu’un violon d’Ingres. Le piano était plus pour lui ce que la peinture était pour Ingres. Il cessa de jouer comme Ingres aurait pu cesser de peindre. C’eût été dommage, dans le cas de Ingres. Ce fut dommage dans le cas de Simon Nardis.

Après sa désertion, il reprît son ancien métier. Le prétexte était de se nourrir. Se loger, se blanchir. Au sens de blanchiment. Il s’agissait surtout de bien se tenir. Le jazz n’incite guère à bien se tenir. Simon Nardis était pianiste de jazz. Oublié, perdu de vue, rayé du monde, on le retrouve ici, aujourd’hui, à la veille d’un week-end prolongé……… »

 

Voici la première page de son chef d’œuvre « Un soir au club », sorti en 2002. Aujourd'hui, Christian Gailly, un immense écrivain que j’admire beaucoup s’en est allé. Paix à son âme…

 

Autres excellent livres

 

« Be-Bop » 1995 + « Dernier amour » 2004 Les Editions de Minuit

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : muziksetcultures
  • muziksetcultures
  • : Lieu de réflexions, de découvertes et d'échanges des cultures indépendantes : musique, B.D, cinéma essentiellement.
  • Contact

Recherche