Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 septembre 2013 5 20 /09 /septembre /2013 13:54

Le réalisateur Neill Blomkamp revient avec un blockbuster de science fiction, une parabole politique sur l’immigration et la lutte des classes. Virtuose et prenant !

 

J’ai découvert Neill Blomkamp en 2009 avec « District 9 » (n°3 de mon Top films + critique rapide ici) qui abordait déjà certaines thématiques présentes ici mais avec beaucoup moins de moyens et un second degré absent cette fois. Malgré tout, « Elysium » s’avère un grand spectacle ultra captivant et réussi pour plusieurs raisons.

1 / Thématiques abordées :

Lutte des classes entre les riches et les pauvres, domination du peuple au profit des nantis, les élus (les Elyséens)…Mais le parallèle le plus troublant avec notre monde actuel est la description de la politique sécuritaire et d’immigration. Ces vaisseaux (tels les barges des clandestins) tentant de percer l’accès d’Elysium, l’accueil inhumain que ces « étrangers » reçoivent, les zones où ils sont parqués et leur renvoie systématique sur terre, etc. Tout ceci n’est-il pas une métaphore, à peine exagéré, de ce qui se passe chez nous, dans les pays occidentaux ?? La politique d’immigration et défensive montrée dans le film est certes plus extrême mais n’est-elle pas le reflet de ce qui pourrait arriver (ou arrive ?) à nos sociétés sans garde-fou humaniste ? De même pour le désastre écologique régnant sur terre ainsi que l’insécurité et ce système policier ultra répressif, guettant tout de façon omniprésente par la force de la technologie, science-fiction ?? Futur possible ?? Ou parabole de ce qui peut arriver si on continue dans la même voie, celui de l’argent roi ??

Autre thème abordé, c’est le rapport à la technologie, son omniprésence et sa domination sur le monde. Blomkamp le traite magnifiquement et en aborde aussi un autre aspect, quasi mystique et récurent en science-fiction, c’est la fusion homme/machine. Créée par l’homme mais capable de possibilités infinies, elle est génératrice de fantasmes. Dans le film, la machine est dominatrice, violente et inhumaine (absence de tout sentiment). Mais pour mener à bien sa mission (suicide), le héros Max devra littéralement fusionner avec elle, son corps devenant alors un exosquelette de technique.

2 / Univers très crédible :

« Elysium » bénéficie d’un très gros budget. De puissants moyens ont été mis en œuvre pour que l’univers visuel soit ultra léché, crédible et impressionnant. Beaucoup d’effets spéciaux, décors pharaoniques et 3D. Cette débauche pyrotechnique aurait put retomber comme un vulgaire soufflé. Mais aussi impressionnant qu’ils soient, ces effets sont toujours aux services du scénario.

3 / Maestria de la mise en scène.

Visuellement superbe, le film trouve un juste équilibre entre les scènes d’actions musclées, de combats, sentimentales et les réflexions politiques et philosophiques. Ce savant dosage permet au réalisateur de tenir le spectateur en haleine, de l’emporter dans son univers tout en lui offrant des pauses et humaniser son propos.

4 / Jeux d’acteur et casting impeccable.

Les deux stars Matt Damon (Max) et Jodie Foster (ministre de la défense d’Elysium, froide et inhumaine) sont très crédible. Mais il faut aussi compter sur une pléiade de seconds rôles excellents : Alice Braga (amie d’enfance de Max), Diego Luna (pote de Max), William Fitchner (industriel cynique) ou Sharlto Copley (le diabolique Kruger, agent d’extermination)….tous sont très bon dans des registres différents.

5 / Autre point pertinent : Jusqu’au ¾ du film, le héros (malgré lui) joué par Matt Damon ne cherche pas à sauver le monde mais sa peau, tout simplement. Ce n’est qu’à la fin qu’il se sacrifie. Le mal et le bien sont présents dans les deux camps, chez les humains sur terre (le peuple) et chez les élus sur Elysium. On évite un manichéisme fréquent dans des productions américaines de cette ampleur.

 

Pour toutes ces raisons, et sûrement d’autres encore, accrochez vos ceintures et embarquez vers…« Elysium » !!! 

Partager cet article

Repost 0
Published by Francky 01 - dans Cinéma-DVD
commenter cet article

commentaires

anonyme 21/09/2013 23:31

Excellente analyse. Ayant vu et aimé ce film, je la valide d'autant plus.
Son premier, District 9, était déjà puissant sous des faux airs de série B, comme tu l'as dis dans ton best of 2009.

Francky 01 22/09/2013 16:08

Merci et bonne visite ici, sur ce blog. Soit toujours le bienvenu.
A +

Présentation

  • : muziksetcultures
  • muziksetcultures
  • : Lieu de réflexions, de découvertes et d'échanges des cultures indépendantes : musique, B.D, cinéma essentiellement.
  • Contact

Recherche