Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 septembre 2012 7 30 /09 /septembre /2012 23:34

Batteries

01-1977-FrankKollges-Drums-Voices-KnispelNie.jpeg01-2003-Chevreuil-Room204-Split.jpg

Frank Köllges "Drums, Voices , Knispel Nie" (1977) / Chevreuil & Room204 "Split" (2003)

Locale de répèt'

02-2004-SecretMachines-NowHereIsNowhere02-2007-Battles-Mirrored02-2009-Ghinzu-MirrorMirror

Secret Machines "Now Here Is Nowhere" (2004) / Battles "Mirrored" (2007) / Ghinzu "Mirror Mirror" (2009)

 Divers claviers/machines vintages

04-1990-EMAK-SynthesizerVonGestern.jpeg04-1997-Spectrum-FeelsLike-I-mSlippingAwayEP.jpeg04-1997-Spectrum-ForeverAlien.jpeg

04-2001-DubTaylor-Forms-Figures.jpg04-2007-Retax orgon-AnalogueMonologueEP04-2008-Retax-orgon-AI.jpg

EMAK "Synthesizer Von Gestern" (Compilation 1990) / Spectrum "Feels Like I'm Slipping Away" EP + "Forever Alien" LP (1997) / Dub Taylor "Forms & Figures" (2001) / Retax Gorgon "Analogue Monologue" EP (2007) + "A.I" (2008)

Machines électro 

05-2010-Lowfish-MemoriesAreUncertainFriends.jpg05-2011-GrapLuva-NevaDone.jpg

Lowfish "Memories Are Uncertain Friends" (2010) / Grap Luva "Neva Done" (2011)

Empillement de machines 

06-2005-LePeupleDeL'herbe-Cube02-2009-JayZ-TheBlueprint3

Le Peuple de L'Herbe "Cube" (2005) / Jay-Z "The Blueprint 3" (2009)

Empillement de machines + écrans

06-2008-StefanGoldmann-TheTransitoryState06-2010-ShitRobot-FromTheCradleToTheRave

Stefan Goldmann "The Transitory State" (2008) / Shit Robot "From The Cradle To The Rave" (2010)

MPC

07-2008-Q-Tip-TheRenaissance.jpg07-2011-AraabMuzik-ElectronicDream.jpg

Q-Tip "Renaissance" (2008) / Araab Muzik "Electronic Dream" (2011)

Repost 0
Published by Francky 01 - dans Pochettes de disques
commenter cet article
29 septembre 2012 6 29 /09 /septembre /2012 19:11

 

Après Mes disques 2007 préférés , c’est au tour de mes films. 2007 fût un crû cinématographique moyen, sans réel chef d’œuvre mettant tout le monde d’accord. Malgré tout, certains cinéastes tirèrent leur épingle du jeu et proposèrent des œuvres de bonnes tenues. Une année marquée par : deux biopics musicaux très originaux (« I’m Not There » et « Control »), un come-back inespéré (Friedkin), les cauchemars en mode vidéos de Lynch, Fincher redéfinissant le film de serial killer (12 ans après « Seven »), Cronenberg et Gray travaillant le motif universel de la famille et de la trahison….Trêve de blabla et let’s go !!

 

DavidFincher-2007-Zodiac

Zodiac - David Fincher - voir ici :  Zodiac, retour de Fincher au top

GusVanSant-2007-ParanoidPark

Paranoid Park - Gus Van Sant

Un lycéen fan de skateboard tue accidentellement un homme. La police mène l’enquête et notre héros est tiraillé par les remords, les doutes et ses peurs. Après sa superbe trilogie poétique, conceptuelle, et “arty” (« Elephant », « Gerry » et « Last Days »), Gus Van Sant travaille à nouveau son thème de prédilection l’adolescence. « Paranoid Park », mis en scène avec virtuosité, est traversé de séquences oniriques à la beauté plastique inouïe. Chaque plan est un véritable « tableau filmique » que Gus a peint avec sa caméra experte, secondé par Christopher Doyle, un des plus grands chefs opérateur actuel (quasi tous les Wong Kar Wai, Jarmusch..). Le film contemplatif de l’année !!!

DavidLynch-2007-InlandEmpire.jpeg

Inland Empire - David Lynch

C’est la dernière œuvre filmique en date de Lynch, six ans après son chef d’œuvre absolue “Mulloland Drive”, immense objet d’une sensualité et d’un raffinement inouï dont, aujourd’hui encore, on n’a pas finit d’en découvrir l’univers. En totale opposition, « Inland Empire » est peut être son film le plus extrême, le plus radical, le plus punk même depuis…..« Eraserhead » (1977). Tourné en caméra numérique, « Inland Empire »est une œuvre expérimentale et conceptuelle qui explore les champs de l’avant-garde et de l’art contemporain, entre cinéma, vidéo, installation plastique et cauchemar mis en image. C’est une plongé en apnée dans les entrailles de la psyché humaine, de sa face obscure et malsaine. En explorant Hollywood et son industrie du cinéma, c’est tout l’Americana que Lynch questionne, ses idéaux, ses mythes, son esprit de liberté mais aussi ses peurs, sa paranoïa ainsi que la notion de rêve américain ! Le film le plus décapant de l’année !!!

AntonCorbijn-2007-control.jpg

Control - Anton Corbijn

La vie et la fin tragique de Ian Curtis et ses Joy Division raconté par un homme qui a vécu l’histoire de près. En effet, Anton Corbijn était le photographe du groupe dont certains clichés sont rentrés dans la Rock Story. Le somptueux noir & blanc est en parfaite adéquation avec l’univers glacial de Joy Division. Rigueur et beauté des cadres, mise en scène précise, excellence du jeu d’acteur et musiques font de « Control » un biopic musical de référence.

JamesGray-2007-LaNuitNousAppartient.jpg

La nuit nous appartient - James Gray

Familles, trahisons, amours complexes, code d’honneur, déchéance, rédemption….Toujours les mêmes motifs universels, travaillés de manière obsessionnelle, par le virtuose James Gray. Quand classicisme rime avec excellence !!!

ChristopheHonore-2007-LesChansonsD-amours.jpg

Les Chansons d'amour - Christophe Honoré

« Les chansons d’amours », c’est un peu la version musicale de son film précédent, « Dans Paris » (2006). Chassé-croisé amoureux, marivaudage, homosexualité, complexité des rapports humains, autant de thèmes traités en main de maître par Honoré. En situant son film à mi-chemin entre « La maman et la putain » (Jean Eustache), « Jules et Jim » (François Truffaud) et « Les demoiselles de Rochefort » (Jacques Demy), Honoré cite la nouvelle vague sans jamais la singer. Les parties musicales ont été composées et écrites par le très inspiré Alex Beaupain et chantées par les acteurs eux-même. Quand comédie rime avec tragédie (musicale) !!!

DavidCronenberg-2007-LesPromessesDeL-ombre.jpg

Les Promesses de l'ombre - David Cronenberg

WilliamFriedkin-2007-Bug.jpg

Bug - William Friedkin

Le retour au top d’un vétéran du cinéma 70’s que je n’attendais plus. En prenant comme parti-pris radical l’épure visuelle et scénaristique, Friedkin radicalise son propos et réussi un grand film sur la paranoïa. Une maison, deux personnages, un désert pour seul décor et une tension permanente. Quand cinéma rime avec paranoïa !!

ToddHaynes-2007-I-mNotThere.jpg

I'm Not There - Todd Haynes

« six fois Dylan », telle pourrait être l’un des sous-titres de ce film. Ne voulant surement pas d’un biopic musical conventionnel et attendu, Todd Haynes a trouvé THE idée : 6 acteurs différents pour incarner Bob Dylan ou 6 facettes de sa personnalité (vie artistique ou vie privée). Et carrément gonflé, un des personnages est joué par un noir et un autre par une femme. Le film le plus schizophrène de l’année !!!

EricGuirado-2007-LeFilsDeL-epicier.jpg

"Le fils de l'épicier" - Eric Guirado

QuentinTarantino-2005-Boulevard-de-la-mort-film-grindhouse-.jpg

Boulevard de la mort - Quentin Tarantino

Première partie d’un diptyque dont Robert Rodriguez filma la seconde, ce film est scindé en deux scènes d’action ultra violentes. Entre celles-ci, un immense boulevard de dialogues décalés, tranchants, parfois jubilatoires et souvent ennuyeux. Mais même en mode mineur, un Tarantino reste un bon film par rapport au ¾ de la production mondiale. Le film le plus violent…..et bavard de l’année !!!

 

Repost 0
Published by Francky 01 - dans best of 2007
commenter cet article
16 septembre 2012 7 16 /09 /septembre /2012 22:53

TheXX-2012-Coexist.jpg Coexist - The xx (Young Turk) : Après un premier album éponyme en 2009 (n°1 de mon top disques), The xx poursuit l’exploration de leur univers si singulier où se côtoient le spleen, la mélancolie et l’épure. Un minimalisme musical (et esthétique), digne héritier du « Colossal Youth » de Young Marble Giant. Ma chronique complète arrive prochainement.

 

AnimalCollective-2012-CentipedeHz Centipede Hz – Animal Collective (Domino) : Ce nouveau disque marque le retour de Deakin (guitare) au sein d’Animal Collectif. A quatre, le groupe signe-là son album le plus « rock » et le moins « aquatique ». Mais surtout, « Centipede Hz » est le premier du collectif à me toucher et me séduire autant. Un chef d’œuvre ???

 

BillFay-2012-LifeIsPeople.jpg Life Is People - Bill Fay (Dead Ocen/Differ-ant) : Quarante ans après son second album (« Time Of The Last Persecution » 1971), Bill Fay rayonne à nouveau avec son Folk-Rock céleste. Et il était temps pour un auteur dont les deux disques ont atteint le statut d’œuvres cultes ! Le Come back le moins attendu et le plus inespéré de l’année !!!

 

MountEerie-2012-ClearMoon.jpg Clear Moon - Mount Eerie (P.W. Elverum & Sun) : Premier volet d’un dytique dont la seconde partie, “Ocean Roar”, doit sortir ce mois-ci, « Clear Moon » est un peu le compagnon d’errance mélancolique de « Coexist ». D’une beauté majestueuse, sa musique oscille entre Ambiant-folk, Shogeaze et même Drone-métal par endroit. Atmosphères brumeuses, subtiles nappes de claviers, touches d’électroniques éparses pour un album rappelant autant la B.O de « Twin Peaks », le Post-rock de Nadja ou Labradford  que les dérives Doom-Folk  de Earth ou Barn Owl.

 

 

TheImaginarySuitcase-2012-Here-s-to-those-we-could-not-save.jpg Here's To Those We Could Not Save - The Imaginary Suitcase (Autoprod’) : Reçu l’album via internet par son auteur en personne (je l’en remercie encore), je l’ai découvert fasciné, émerveillé. Cet artiste français joue un dark-Folk/Indie très inspiré et possède une voix d’une très grande puissance émotionnelle de toute beauté….J’en reparlerai plus en détail très rapidement.

 

Royal-T-2012RinsePresents_-Royal-T.jpg Rinse Presents: Royal-T- Royal-T (Rinse) : 13 productions évoluant entre Dubstep, Grime,Drum’&’Bass et U.K Funk. Basses massives, break-beats psychotiques, flow de killer, sonorités acides, synthétiques et vrillantes ainsi qu’un son énormissime font de ce disque une grande réussite. Et Royal-T  s’affirme comme une valeur sure de la musique Dance/Hip hop anglaise !! Merci encore à CroCnique pour cette (énième) découverte.

Repost 0
Published by Francky 01 - dans diverses playlists !!
commenter cet article
15 septembre 2012 6 15 /09 /septembre /2012 21:03

J'adore les tops, best-of et autres playlists en tous genres. Chaque fin d'année, je ne loupe pas le traditionnel bilan des oeuvres (disques, films, B.D, etc.) qui ont compté et rayonné. Mais comme j'ai débuté ce blog en février 2008, je n'ai pas les tops des années précédentes. Alors, avec le recul en plus, je vous propose ma sélecta des disques majeurs de 2007. Et je remonterai ainsi le fil des ans, au fur et à mesure de prochains posts, pour proposer les disques marquants de chaque année (en toute subjectivité, sans ordre hiérarchique et tous styles confondus). Alors, "back to the future" et direction..........2007 !!!!

Yeasayer-2007-AllHourCymbals.jpeg  "All hour cymbal" de Yeasayer (We Are Free)

TheBesnardLakes-2007-Are-the-dark-horse.jpg "Are The Dark Horse" The Besnard Lakes (Jagjaguwar)

VicChesnutt-2007.jpg "North Star Deserter" Vic Chesnutt (Constellation)

Gravenhurst-2007-TheWesternLands.jpeg  "The western lands" - GRAVENHURST (Warp)

WoodenShjips-2007.jpg "Wooden Shjips" Wooden Shjips (Holy Mountain)

SixOrgansOfAdmittance-2007.jpg "Shelter From The Ash" Six Organs Of Admittance (Drag City)

PandaBear-2007--PersonPitch.jpeg "Person Pitch" Panda Bear (Paw Tracks)

BarnOwl-2007-NridgeToTheClouds.jpeg "Bridge To The Clouds" Barn Owl (Not Not Fun)

BlondeRedhead-2007 "23" Blonde Redhead (4AD)

PJHarvey-2007_WhiteChalk.jpg "White Chalk" PJ Harvey (Island) La douceur de Feist et de P.J Harvey

Wilco-2007-SkyBlueSky.jpeg "Sky Blues Sky" Wilco (Nonesuch)

AndrewBird-2007.jpg "Armchair Apocrypha" Andrew Bird (Fat Possum/Fargo)

ArcadeFire-2007_NeonBible-Ltd_France.jpg  "Neon Bible" - Arcade Fire (Merge)

inrainbows.jpg "In Rainbows" Radiohead (Self-Released) "Arc-en-ciel onirique du quintet d'Oxford !!!"  

VonSudenfend-2007.jpg "Tromatic Reflexxions" Von Südenfed (Domino)

Coral--front-.jpg "Roots & Echoes" The Coral (Deltasonic)

 LCDSoundsytem_Sound_Of_Silver.jpg "Sound Of Silver" LCD Soundsystem (DFA)

Low-2007-DrumsAndGuns.jpg "Drums And Guns" Low (Sub Pop)

Deerhunter-2007-Cryptograms.jpeg "Cryptograms" Deerhunter (Kranky)

MV-EE-2007-Gettin-Gone.jpg "Gettin' Gone" MV & EE (Ecstatic Peace)

 The Good, The Bad and The QueenThe Good, The Bad and The Queen (Parlophone/Honest Jon’s)

Repost 0
Published by Francky 01 - dans best of 2007
commenter cet article
9 septembre 2012 7 09 /09 /septembre /2012 23:16

2005-Ginnungagap-Remeindre.jpg2005-WilliamElliottWhitmore-WilliamElliottWhitmore.jpeg2006-Circle-Tyrant.jpeg

2006-Grails-InterpretationsOfThreePsychedelicRockSongsFrom.jpeg2006-MagikMarkers-TheVoldororDance.jpeg2006-Miasma-TheCarouselOfHeadlessHorses-Manfauna.jpeg

2006-ShitAndShine-Ladybird.jpeg2006-SirRichardBishop-FingeringTheDevil.jpg2008-BodufSongs-TheStraitGaitOr-A-GreatDifficultyInGetting.jpeg

2008-The-Fallen-BlackDeer-Requiem.jpeg2009-Bohren-DerClubOfGore-MitleidLady.jpeg2009-MountEerie-BlackWooden.jpeg

2010-AlexanderTucker-DecomposedOrchestra-GreyOnion.jpeg2010-GangGangDance-Kamakura.jpeg2010-Nadja-SkyBurial.jpeg

2011-A-StormOfLight-Untitled.jpg2012-SylvesterAnfangII-SylvesterAnfangII.jpeg2012-TheEntranceBand-Untitled.jpeg

2012-TheHaxanCloak-TheMenPartedTheSeaToDevourTheWater.jpg2012-Wino-ConnyOchs-LabourOfLove.jpeg

 

Dans l'ordre chronologique de sortie : GinnungagapWilliam Elliott Whitmore (2005) / Circle / Grails / Magik MarkersMiasma & The Carousel Of Headless HorsesShit And ShineSir Richard Bishop (2006) / Boduf SongsThe (Fallen) Black Deer (2008) / Bohren & Der Club Of Gore / Mount Eerie (2009) / Alexander Tucker & Decomposed Orchestra / Gang Gang Dance / Nadja (2010) / A Storm Of Light (2011) / Sylvester Anfgang II / The Entrance Band / The Haxan CloakWino & Conny Ochs (2012)

Une belle brochette d'artistes de l'international Indie Rock Expérimental et de l'Avant-garde Psychédélique.    

Repost 0
Published by Francky 01 - dans Pochettes de disques
commenter cet article
6 septembre 2012 4 06 /09 /septembre /2012 23:15

TheHaxanCloak-2012-TheMenPartedTheSeaToDevourTheWater.jpg 

« ...The Men Parted The Sea To Devour The Water » – The Haxan Cloak (Latitudes) 2012

 

Auteur l’an passé d’un premier LP éponyme nous ayant dévoilé un univers complexe et riche, Bobby Krlic, alias The Haxan Cloack, revient avec ce nouveau disque composé d’un seul morceau de……..28 minutes !!! « Sagittarian Domain » - Oren Ambarchi  son dernier projet (récemment sorti), est également constitué d’une seule et longue piste. Est-ce une nouvelle orientation formelle pour les musiques expérimentales ? Ou bien, est-ce tout simplement un pur hasard ??? Je pencherai pour la seconde option : Haxan CloakOren Ombarchi ou les grands esprits se rencontrent !!!

 

The Haxan Cloack propose sa version du Noise, personnelle et moderne, sorte de Post-noise (on en est là aujourd’hui) qu’il fusionne avec de l’Electronica libre (Free-electro), du rock Expérimental, du Drone et de la musique africaine. Ce disque est empli de mysticisme. Dès le début de cette incantation chamanique (post)moderne, des chants et des chœurs ethniques résonnent, voix sacrées issues du plus profond des âges. La rythmique tribale, faite de diverses percussions primitives, de break-beats downtempo et de lignes de basses lourdes et baveuses, emprunte autant au Dubstep, à l’Electronica déstructurée d’Autechre qu’à la musique traditionnelle africaine. Cette œuvre réunie ainsi machines et instruments rudimentaires, tradition et modernité, Orient et Occident.


Au final, cette longue odyssée sonique et expérimentale est très addictive. Son écoute au casque, à un volume sonore élevé, est particulièrement recommandée. Et The Haxan Cloak s’avère être un artiste dont l’évolution sera à suivre de près….de très près même.

 

the-haxan-cloak2-copie-1.JPG

 


Repost 0
5 septembre 2012 3 05 /09 /septembre /2012 00:10

Suite de mon post "Pochettes : écritures"....

2-1957-Moondog-TheStoryOfMoondog2-1997-Shellac-TheFuturist

 2-1998-AcceleraDeck-EchoEconomy.jpeg2-2007-Soulwax-MostOfTheRemixes--.jpeg

Moondog "The Story Of Moondog" (1957) Pochette créée par Andy WarholShellac "The Futurist" (1997) / Accelera Deck "Echo Economy" (1998) / Soulwax "Most Of The Remixes......." (2007)

Repost 0
Published by Francky 01 - dans Pochettes de disques
commenter cet article
2 septembre 2012 7 02 /09 /septembre /2012 19:08

OrenAmbarchi-2012-SagittarianDomain.jpg 

 

« Sagittarian Domain » - Oren Ambarchi (Editions Mego) 2012

 

OrenAmbarchi.jpg

 

Oren Ambarchi  vient de publier un nouvel album chez les Editions Mego, « Sagittarian Domain », composé d’un seul et unique titre, un long morceau de plus de 33 minutes étiré à l’extrême et rempli d’une tension permanente. Avec sa rythmique métronomique aliénante, le morceau semble incessant, infini, sorte d’anneau de Moebius musical sans aucune fin possible. Une longue dérive sonore, sonique….« Motorik » même.

 

Oren Ambarchi propose une musique avant-gardiste d’obédience Krautrock mariée avec la répétitivité du Drone et traversée de fulgurances Noise, Expérimental et Psychédélique. Une musique postmoderne, urbaine et machinique. « Sagittarian Domain » (le morceau) avance dans une transe frénétique au rythme hypnotique de ce tempo robotique semblant provenir d’une immense armée en marche. Une rythmique « Motorik » 100 % Neu!-beat, un des trois grooves majeurs des 70's (avec le Funk de James Brown et l’Afrobeat de Fela Kuti) selon Brian Eno. Un groove très efficace mais un groove blanc, froid, robotique et clinique, comme la face opposée de la black music.

 

Mais ce morceau, est-ce la métaphore de la marche frénétique dans laquelle notre Monde globalisé, mondialisé semble être aspiré ??? Une musique nihiliste où aucun espoir n’est possible ????? Peut-être pas car, vers la fin (aux environs de 28 min), arrivent des cordes élégiaques (violons, altos et violoncelles), recouvrant tout de beauté et de douceur, la rythmique incessante ainsi que les bruits (noise) et les divers sons environnants. Un final céleste de toute beauté…….

Musiciens du disque

Oren Ambarchi = Guitares, Moog bass, batterie, percussions & voix.

Elizabeth Welsh = Violon

James Rushford = Alto

Judith Hamann = Violoncelle

 

 

Repost 0
30 août 2012 4 30 /08 /août /2012 21:56

03-1978-WillieNelson-Stardust.jpeg03-2010-SharifSehnaoui-OldAndNewAcoustics.jpg

03-2010-Swans.jpg03-2010-Virgo-Virgo.jpg

04-1971-KingCrimson-Islands2.jpeg04-1978-MatsuoOhno-I-saw-the-outer-limits.jpg

04-2007-Earthless-rythms-from-a-cosmic-sky.jpg04-2010-NaturalSnowBuildings-TheCentauriAgent.jpg

04-2008-TheseAreWords-Prism.jpg04-2012-AmonGuru-SpaceExplosion.jpeg

05-2011-CrystalStilts-InLoveWithOblivion.jpg05-2011-Follakzoid-FollakzoidEP.jpeg

 

05-2010-DylanEttinger-InterstellarPleasures.jpg05-2011-Soothsayer-InflowIllusion.jpg

 

06-1971-AnnexusQuam-Beziehungen.jpeg06-1976-FarEastFamilyBand-ParallelWorld.jpg

Willie Nelson Stardust” 1978 / Sharif SehnaouiOld And New Acoustics” 2010 / Swans « My Father Will Guide Me Up A Rope To The Sky » 2010 / VirgoVirgo” 2010 / King CrimsonIslands” 1971 / Matsuo OhnoI Saw The Outer Limits” 1978 / EarthlessRythms From A Cosmic Sky” 2007 / Natural Snow BuildingsThe Centauri Agent” 2010 / These Are WordsPrism” / Amon GuruSpace Explosion” 2012 / Crystal StiltsIn Love With Oblivion” 2011 / FöllakzoidFöllakzoid EP” 2011 / Dylan EttingerInterstellar Pleasures” 2010 / SoothsayerInflow Illusion” 2011 / Annexus QuamBeziehungen” / Far East Family BandParallel World

Repost 0
Published by Francky 01 - dans Pochettes de disques
commenter cet article
25 août 2012 6 25 /08 /août /2012 15:57

0-1971-Kluster-Klopfzeichen.jpg0-1971-MahoganyBrain-With-Junk-Saucepan-When-Spoon-Trigger-.jpg

0-1971-Schnitzler-Roedelius-Moebius-Freudigmann-Schwarz-Eru.jpg0-1977-BoydRice-TheBlackAlbum.jpeg

0-1980-ACDC-BackInBlack.jpg0-1987-Prince-BlackAlbum.jpg

0-1991-Metallica-Metallica.jpeg0-1998-Autechre-LP5.jpeg

0-2008-Autechre-Quaristice.Quadrange.ep.ae.jpeg0-2010-JasonLescalleet-MusicForMagneticTape.jpeg

1 Kluster Klopfzeichen 1971 / 2 Mahogany Brain With (Junk-Saucepan) When (Spoon-Trigger) 1971 / 3 Schnitzler + Roedelius + Moebius + Freudigmann Schwarz(Eruption) 1971 / 4 Boyd Rice The Black Album 1977 / 5 AC DC Back In Black1980 / 6 Prince The Black Album 1987 / 7 Metallica Metallica1991 / 8 Autechre LP51998 / 9 Autechre Quaristice Quadrange EP 2008 / 10 Jason Lescalleet Music For Magnetic Tape” 2010 

Repost 0
Published by Francky 01 - dans Pochettes de disques
commenter cet article
23 août 2012 4 23 /08 /août /2012 18:10

12-1991-MyBloodyValentine-Loveless.jpeg12-2012-Chromatics-KillForLove  

 10-1977-Heldon-Heldon6-Interface10-1983-LouReed-LegendaryHearts

11-1978-BlackSabbath-NeverSayDie-.jpeg11-1995-BoardOfCanada-Twoism.jpg

09-2011-Guerre-DarkerMyLove.jpg09-2011-ZolaJesus-Conatus.jpg

13-1993-TheAuteurs-NewWave.jpeg13-2007-LukeHaines-21stCenturyMan.jpg

03-1982-TheCure-Pornography.jpg03-1989-NoirDesir-VeuillezRendreL-Ame.jpeg

14-1995-PJHarvey-ToBringYouMyLove.jpg14-1998-AlainBaschung-FantaisieMilitaire.jpg

 16-1987-BigBlack-SongsAboutFucking09-2009-TheCopyrights-TheDopamines-Songs-about-fucking-up.jpg

16-2010-Kid606-Songs AboutFuckingSteve Albini16-2012-JasonLescallet-SongsAboutNothing

10-2009-JJ-JJn--2.jpeg10-2010-ScottTuma-Dandelion.jpg

01 My Bloody Valentine « Loveless » 1991 / 02 Chromatics « Kill For Love » 2012 / 03 Heldon « Heldon6 Interface » 1977 / 04 Lou Reed « Legendary Hearts » 1983 / 05 Black Sabbath « Never Say Die!” 1978 / 06 Board Of Canada « Twoism” 1995 / 07 Guerre « Darker My Love » 2011 / 08 Zola Jesus « Conatus » 2011 / 09 The Cure « Pornography » 1982 / 10 Noir Desir « Veuillez Rendre L'Âme (à qui elle appartient)” 1989 / 11 The Auteurs « New Wave 1993 / 12 Luke Haines « 21st Century Man” 2007 / 13 PJ Harvey « To Bring You My Love » 1995 / 14 Alain Baschung « Fantaisie Militaire » 1998 / 15 Big Black « Songs About Fucking” 1987 / 16 The Copyrights & The Dopamines « Songs About Fucking Up » 2009 / 17 Kid606 « Songs About Fucking Steve Albini » 2010 / 18 Jason Lescallet « Songs About Nothing » 2012 / 19 JJ « jj n° 2 » 2009 / 20 Scott Tuma « Dandelion » 2010

Repost 0
Published by Francky 01 - dans Pochettes de disques
commenter cet article
23 août 2012 4 23 /08 /août /2012 00:49

TropicOfCancer-2012-PermissionsOfLoveEP.jpeg 

« Permissions Of Love » – Tropic Of Cancer [Mannequin] 2012

 

Tout commence par une discrète nappe de clavier dont le volume sonore va ensuite s’amplifier légèrement pour rester tout le long du morceau. Très vite, une rythmique tantrique, répétitive et martiale la rejoint. Puis une voix nimbée de brume et de réverb’, aux paroles incompréhensibles, noyée dans un brouillard venu d’outre-tombe. Des accords de guitares aigus, cristallins, dégageant une profonde mélancolie, viendront compléter ce tableau musical pour dépressif. Cette chanson, c’est « The One Left », la première du nouveau maxi 3 titres de Tropic Of Cancer. « Permissions Of Love ».

A l’écoute de ce maxi, on pourrait penser à une jam-session onirique entre Joy Division (rythmique) et The Cure (guitare/chant) découvrant la Dream pop et voulant l’intégrer à leur Cold Wave glaciale !

Le groupe embrasse une esthétique sombre, dark, presque gothique, légèrement baroque. Photo en noir et blanc, floue, femme voilée de noir (représentation de la mort ??)….Ceci à l’image des pochettes des autres albums dont j’avais déjà parlé ici : Deux disques de Tropic Of Cancer .

 

 

Malgré une petite discographie et un succès encore confidentiel, Tropic Of Cancer est un groupe passionnant qui, de disque en disque, réinvente une certaine idée du romantisme. Un romantisme Post-moderne 2.0, sombre, dépressif et mélancolique…….Alors, en ces temps de crise et de morosité ambiante, obtenez (et écoutez) la « permission d’aimer » de Tropic Of Cancer !!

 

 

 

 

Repost 0
18 août 2012 6 18 /08 /août /2012 13:44

2-1970-FlohDeCologne.jpg2-1973-Faust-The FaustTapes

2-1978-XTC-Go22-1982-NewMusik-Warp

2-1992-AliceCooper-ZipperCatchesSkin2-1995-CatPower-DearSir

 2-1995-GastrDelSol&TonyConrad-TheJapaneseRoomAtLaPagode May2-2003-ExplosionsInTheSky-TheEarthIsNot-A-ColdDeadPlace

 09-2009-BillyBao-May082-2009-BlackEagleChild+Seasons(pre-din)-Split

2-1981-Section25-AlwaysNow1-2011-EDM-NightPeople.jpg

2,1-1989-A.R.Kane-'i'2,1-2011-Girls-Father,Son,Holy&Ghost

 2-1981-GangOfFour-SolidGold3-2004-HotChip-ComingOnStrong(France)

 21-1974-Cluster-Zuckerzeit21-2011-MikeSimonetti-Mixtape

Floh De Cologne 1970 / Faust "The Faust Tapes" 1973 / XTC "Go2" 1978 / New Musik "Warp" 1982 / Alice Cooper "Zipper Catches Skin" 1992 / Cat PowerDear Sir” 1995 / Gastr Del Sol & Tony ConradThe Japanese Room At La Pagode May” 1995 / 2003 Explosions In The SkyThe Earth Is Not A Cold Dead Place” 2003 / Billy BaoMay 08” 2009 / Black Eagle Child + Seasons(pre-din)Split” 2009 / Section 25Always Now” 1981 / EDM “Night People” 2011 / A.R.Kane “I” 1989 / Girls “Father, Son, Holy & Ghost” 2011 / Gang Of FourSolid Gold” 1981 / Hot ChipComing On Strong” 2004 / ClusterZuckerzeit” 1974 / Mike SimonettiMixtape” 2011

Repost 0
Published by Francky 01 - dans Pochettes de disques
commenter cet article
16 août 2012 4 16 /08 /août /2012 21:32

BonniePrinceBilly-2012-now-here-s-my-planEP.jpg 

« Now Here's My Plan » EP de Bonnie Prince Billy Drag City (2012)

C’est en 1993 qu’on a vraiment découvert Will Oldham avec ce disque au titre pessimiste, "There Is No-One What Will Take Care of You", qui allait révolutionner les musiques traditionnelles américaines. Dans cette quête insensée, il ne s’était pas lancé solo mais avait formé un groupe avec certains musiciens ayant passé leur jeunesse au sein de Slint (le mythique combo Post-rock/Hardcore). Son nom, Palace Brothers. Il deviendra une véritable « franchise Indie » sera décliner en diverses variations : Palace, Palace Music, Palace Song. Dans ce premier disque (et les suivants), on trouvera pêle-mêle du Blues défroqué pour ploucs et culs terreux, du Folk en guenille, de la Country désaxée et de l’Indie rock bricolo, le tout en mode lo-fi, semblant avoir été enregistrés au fin fond d’une grange. Une musique à l’odeur de campagne, d’Americana et de grands espaces mais polluée par l’urbanité frénétique d’un Indie rock mal fagoté.

Ce n’est qu’à la toute fin du siècle passé que Will adoptera le pseudo de Bonnie Prince Billy à l’occasion un disque d’indie Folk crépusculaire et gothique (« I see a darkness »). Très prolifique, il n’a jamais arrêté d’enchaîner les projets (albums, live, split, collaboration, disque en duo, etc.), au rythme de croisière d’un disque par an, au minimum.

Après un « Wolfroy Goes To Town » l’an passé, Bonnie Billy revient avec cet EP où il revisite six morceaux issus de son vaste répertoire, allant de 1996 à 2009. Ainsi, il nous propose une balade à travers 13 années de création mais retravaillées, réorchestrées et réinterprétées pour l’occasion. Pour l’enregistrement et la production, Will a eu la bonne idée de confier le job à Steve Albini (Pixies, Nirvana, PJ Harvey). En 1995, pour le chef d’œuvre "Viva Last Blues" sous l'appellation Palace Music), Steve Albini avait boosté la Country-folk de Will par un son plus punchy, plus Rock...presque Slowcore ! Le résultat fût à la hauteur de la rencontre. D’ailleurs, cette collaboration reste pour moi THE disque de Will Oldham.

On démarre le voyage musical par la Country de « I don’t Belong to Anyone » (du récent « Beware ») et sa voix féminine sensuelle, son piano bastringue et ses guitares rock. S’ensuit une balade folk très calme. Idem pour « No Gold Digger » et ses arpèges et notes de guitares cristallines. On hausse le ton à mi parcourt avec « After I Made Love to You” (issu du magnifique LP « Ease Down The Road » 2001), ballade folk s’envolant par la voix habitée de Bonnie et les assauts “soft” de sa six corde. Arrive enfin le chef d’œuvre « I see a Darkness », titre emblématique d’un album éponyme qui a annoncé le renouveau du folk des années 00’s !! Le disque se termine sur « Three Questions » (« Master And Everyone » 2003), titre slow Country-folk et guitare slide dont Bonnie à le secret, chanté en duo avec la voix sensuelle de Angel Olsen comme sur d’autres titres.

 

Loin de n’être qu’un bouche trou estival dans la disco de Will, « Now Here's My Plan » est un magnifique album court. De plus, il s’avère être un "véhicule" idéale afin de parcourir 13 années de création au sein d’un univers si original. Y’a pas à dire, il a vraiment la classe et c’est vraiment un Prince ce Bonnie Billy !!!!!

 

Repost 0
Published by Francky 01 - dans Folk-songwriting
commenter cet article
10 août 2012 5 10 /08 /août /2012 21:36

3JerzySkolimowski-2011-EssentialKilling 

« Essential Killing » de Jerzy Skolimowski (2011)

 

Parmi les meilleurs films de mon best of 2011, « Essential Killing » tient une place particulière car ce n’est pas qu’un simple film mais une véritable « expérience de cinéma ». Une expérience artistique unique, « totale » même, que l’on vit pleinement, mobilisant tous nos sens et imprégnant notre psyché pour nous suivre des jours durant. Les fanatiques de David Lynch savent de quoi je parle. Ce road-movie narrant la fuite d’un terroriste est tout simplement un immense film, un………..aller j’ose le mot, chef d’œuvre !

 

Le Pitch : Un homme lance une roquette sur une patrouille de soldats, fuit et se fait arrêter. Passage en prison, interrogatoire et torture. Avec d’autres terroristes, il est transféré vers une autre prison, dans un autre pays. Lors de ce déplacement sur des routes enneigées, un des camions a un accident et le héros en profite pour s’échapper. Commence alors une course-poursuite sanglante à travers une nature hostile.

 

« Essential Killing » est un film d’auteur sous l’apparence d’une œuvre grand public. Il débute normalement, presque comme un film Hollywoodien de facture classique. Mais très rapidement, il prend « la clé des champs » pour s’en aller ailleurs, vers quelque chose de différent, vers un univers plus personnel et atypique.

Réflexion sur le pouvoir des images et de la mise en scène.

En adoptant non pas le point de vue du « bon » camp (celui des soldats) mais au contraire celui du supposé ennemie (le terroriste prisonnier), Skolimowski impose déjà une originalité. Par l’utilisation d’une caméra subjective, c’est nous tous, spectateurs, qui voyons à travers son regard. Et tout au long du film, nous vivrons ce qu’il vit, endureront ce qu’il endure, traverserons ce qu’il traverse. Ainsi, par ce dispositif nous mettant dans la peau du héros, on se prend de compassion pour lui, espérant qu’il se sorte des nombreux dangers qui guettent.

Skolimowski le sait bien. En jouant sur les affects du spectateur, il peut rendre sympathique un personnage à priori détestable. Tout au long des mésaventures du « héros », on est avec lui, de son coté, même si il n’hésite pas à commettre des actes horribles, des crimes. Belle et pertinente réflexion sur le pouvoir des images et leur impact, sur comment on peut travestir la réalité et ainsi orienter le point de vue du public. Une information, ce sont des images, des commentaires mais aussi et surtout un point de vue qui par essence, est subjective. Même une photographie l’est car ce n’est qu’un instant de réalité prise à un moment donné, sous un angle donné mais choisi par le photographe. Et c’est là toute la différence. Ce n’est que sa réalité sous son regard. « Essential Killing » pourrait être une parfaite illustration artistique sur le pouvoir des images !

(Où ? Quand ? Et qui ?) Intemporalité de l’œuvre tendant à l’universalité du propos.

Dans quel pays se passe l’action ? En Afghanistan ?? Qui sont ces soldats ? Des américains ?? Et ces terroristes ? Des talibans ?? La fuite du prisonnier se déroule sur combien de temps ? Plusieurs jours ? Semaines ?? On se sait pas exactement, juste quelques indices sont donnés ou suggérer. Il n’est pas situé dans une temporalité ou une géographie précise mais au contraire dans un espace-temps flou, à inventer ou plutôt à s’approprier. Comme toutes les grandes œuvres, elles sont intemporelles, rendant ainsi le propos plus universel. Et comme Skolimowski croit aux capacités des spectateurs, c’est la connaissance de chacun sur l’histoire actuelle ainsi que son imaginaire qui fera le reste.

Une nature magnifique mais hostile.

 Au-delà de ces réflexions théoriques, aussi pertinentes soient-elles, il y a aussi ces paysages magnifiques. Toutes ces immensités traversées par le héros et sublimés par le regard du réalisateur. Sa fuite occupe les ¾ du film, alternant des passages méditatifs et contemplatifs avec de véritables scènes d’actions. Skolimowski les filme avec une grande virtuosité, adoptant des cadrages, des rythmes et des montages différents, toujours parfaitement adaptés à la situation. Ce choix de jongler entre passages poétiques et métaphysiques avec de l’action pure est très judicieux. Il permet d’accrocher tous les spectateurs (même les moins aguerris aux films d’auteurs) sans en laisser sur le bord de la route. Skolimowski réalise ainsi un film rempli de fulgurances poétiques mais tout en restant accessible, soit un film d’auteur « grand public » !!!

 

Et au milieu de cette « jungle » blanche court un homme….

Et au milieu de cette nature hostile fuit un homme, le héros. L’acteur qui l’incarne, c’est Vincent Gallo. Un comédien qui se fait rare mais dont le talent n’est plus à démonter. Acteur donc, mais aussi réalisateur, musicien, photographe ou peintre. De tous les plans, traversant toutes ces épreuves avec panache, il crève littéralement l’écran. Il est le corps de ce film mais aussi son âme….Une âme errante et damnée qui, au milieu de cet enfer blanc, n’a comme seul échappatoire la fuite et le meurtre. Mais, malgré toutes les horreurs passées ou traversées, est-ce une excuse ? Où est le Bien ? Où est le Mal ? Libre à chacun de se forger son avis.   

 

En n’apportant aucune réponse et en évitant tout manichéisme, Skolimowski questionne de façon très pertinente le spectateur. Et tout ceci avec une grâce et un esthétisme inouï.

Alors, ne serait-ce pas cela, la force de l’Art ??? J’en ai bien l’impression !! 

Repost 0
Published by Francky 01 - dans Cinéma-DVD
commenter cet article

Présentation

  • : muziksetcultures
  • muziksetcultures
  • : Lieu de réflexions, de découvertes et d'échanges des cultures indépendantes : musique, B.D, cinéma essentiellement.
  • Contact

Recherche