Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 décembre 2016 4 22 /12 /décembre /2016 17:59

Anders Osborne - Flower Box (Black on Dumaine) 2016

 

La période étant propice à la rétrospective, et les vacances m’offrant plus de temps, je parcours certains disques acquis lors de l’année et dont je ne vous avais encore pas parlé. Et aujourd’hui, c’est une véritable petite perle : « Flower Box » d’Anders Osborne.

Anders Osborne est né en Suède mais vit en Amérique, Nouvelle-Orléans, depuis pas mal d’années. Il joue un Blues-rock diablement énergique, une musique 100% Americana ! Anders est un sacrément bon songwriter, excellent dans l’art de la belle mélodie et de la construction rythmique, du changement de tempo au sein d’un même morceau. Certaines chansons démarrent tranquilles, presque acoustiques, pour partir dans un déluge de riffs lourds, puissants et sauvages, accompagnés de solos épiques digne de Neil Young. « Old Country » en est l’exemple parfait.

Anders joue fort, Blues-rock je disais, mais parfois aussi plus cool, Folk (la ballade « St. John ») ou même Reggae sur le titre « Born ».

Par ses jam sessions épileptiques, son super Band (digne du Crazy Horse), son jeu de guitare ultra virtuose - riffs protéinés et solos épileptiques - son chant tantôt grave ou nasillard ainsi que son sens inouï de la mélodie et des arrangements, ce disque est une véritable réussite. Un grand disque Blues-rock 2016...un grand disque tout simplement !!!

 

Repost 0
Published by Francky 01 - dans Folk-songwriting
commenter cet article
16 décembre 2016 5 16 /12 /décembre /2016 18:41

Vendredi 16/12 : Espoir : La chanson parfaite que l’on écoute le vendredi soir, alors que la semaine de travail s’achève, qu’un soulagement émerge nécessairement et que les projections du week end deviennent enfin concrètes.

 

MON CHOIX : Neil Young « Out On The Weekend » (1972)

Après deux semaines ultra intensives au boulot, générant une participation complexe à ce Jeu et une difficulté journalière à commenter chez chacun, ça y’est, c’est le week-end. Un vendredi soir spéciale d’où émerge un énorme soulagement, et double de surcroît car je suis aussi en vacance pour une semaine. Le pied ! Alors, quelle chanson peut le mieux illustré ce moment ? Quel peut être le morceau idéal pour ce vendredi soir ? Et pourquoi pas « Out On The Week End » de Neil Young. Prêt pour le week-end, c’est dans l’état que je me sens, en plus de la fatigue, physique et nerveuse, inhérente à cette fin d’année. Et ça me permet aussi de caser un titre du Loner dans ce Jeu. Alors, go to week-end !!

Pour rappel, ma critique de “Harvest”.

 

Repost 0
20 novembre 2016 7 20 /11 /novembre /2016 22:19

Terry Lee Hale - Bound, chained, fettered (2016, Glitterhouse) 8/04/2016

 

“…Un américain à Paris !!”

 

Je découvre seulement le travail de Terry Lee Hale, malgré sa pourtant déjà longue carrière (son first LP « Oh What a World » est sorti en 1993 chez les allemands de Normal Records). Un artiste qui a côtoyé la scène Grunge de Seattle, jouant en solo sur les premières parties de groupes comme Soundgarden, Screaming Trees ou The Walkabouts. Il figure même sur « Sub Pop 2000 », compilation du mythique label dont la pochette fût dessinée par Charles Burns. Mais à part cette participation, le contact avec l’industrie musicale américaine ne s’est jamais opéré. Et c’est sur des labels européens qu’il a été signé (Glitterhouse, Normal, Borderdreams). On n’est jamais prophète en son pays dixit l’adage ! L’Allemagne donc, puis la France où il s’est installé. Paris et plus récemment Marseille pour l’enregistrement de ce dernier disque. « Lié, enchaîné, entravé » dit le titre, métaphore de la carrière de Terry Lee Hale ??

Produit par Antonio Gramentieri, « Bound, chained, fettered » est un album dépouillé, élégant, mélodique et émotionnellement très puissant. La voix grave et envoûtante ainsi que les textes de ce cow-boy exilé sur le vieux continent touchent en plein cœur. Une musique d’obédience Folk flirtant avec le Blues et la Country-rock ou Alternative Country…Un Blues bastringue et destroy rappelant Tom Waits sur “The lowdown”.

Ça sent la mélancolie, l’errance solitaire, les ballades dans les grands espaces, l’Americana, l’exil…Un grand album Folk 2016…Un très grand album tout court !!

 

Repost 0
Published by Francky 01 - dans Folk-songwriting
commenter cet article
23 septembre 2016 5 23 /09 /septembre /2016 23:54

1994 : Lors de la cérémonie des MTV Brit Awards, PJ Harvey & Björk reprennent “(I Can't Get No) Satisfaction”. Juste avec une guitare électrique, le duo très inspiré revisite superbement le standard des Rolling Stones…Un an plus tard, PJ Harvey sortira son Grand Œuvre « To Bring You My Love » (27/02/1995, Island) !! 

1995 « To Bring You My Love » : Un immense album gorgé de chansons intemporelles, entre Blues fiévreux, ballades Folk fébriles, Indie Rock poétique, paroles bibliques et univers tellurique. La production sonore, d’une sobriété flamboyante et remplie de trouvailles, est signée du trio PJ, Flood et John Parish. Une magnifique pochette à l’univers mystique où la belle, vêtue d’une très sexy robe rouge, flotte dans des eaux que l’on imagine aisément mouvementées, telle Ondine de Giraudoux 

« To Bring You My Love » est sorti il y a 21 ans déjà. Pourtant, j’ai l’impression que c’était hier. Un disque indémodable et inusable que je réécoute toujours avec le même plaisir. Et vous ???

Repost 0
21 septembre 2016 3 21 /09 /septembre /2016 18:10

David Pajo, musicien incontournable (guitare, basse, banjo) pour plusieurs formations Indie essentielles (Tortoise, Slint, Zwan…), opère aussi en solo sous divers pseudos : Pajo, Aerial M ou Papa M. C’est donc sous cette dernière identité qu’il reviendra le 18 novembre avec « Highway Songs », son nouvel album qui sortira sur l’excellent label Drag City.

Pour patienter, voici un premier extrait (« Walking on Colorado »), la tracklist ainsi que la pochette de ce disque.

 

 Papa M Highway Songs (18/11/2016, Drag City)

TRACKLISTING :

1. Flatliners

2. The Love Particle

3. Adore A Jar

4. Divid

5. Coda

6. Walking On Colorado

7. Green Holler

8. Bloom

9. Little Girl

EN BONUS : Son magnifique chef d’œuvre « Whatever, Mortal » (2001) en entier

Repost 0
16 septembre 2016 5 16 /09 /septembre /2016 22:17

Ce post m’a été inspiré par Chris de l’excellent blog Ma Petite Boite A Musique. Elle a récemment chroniqué « Sing Into My Mouth », très bon premier disque du duo Iron and Wine & Ben Bridwell sorti l’an passé (2015). Disque de reprises, je me suis arrêté plus spécialement sur le premier titre « This Must Be the Place (Naive Melody) », relecture Country-folk très planante du standard des Talking Heads (« Speaking in Tongues » 1983, Sire). Mais d’autres artistes ont aussi proposés leur version de cette chanson. 

 

VERSION ORIGINALE

REPRISE VERSION 1

LP « Sing Into My Mouth » (2015, Caroline/Brown)

REPRISE VERSION 2

LP « Neighborhood #3 (Power Out) B-Side » (2005, Rough Trade

REPRISE VERSION 3

LP « The Lumineers » (2012, Decca/Dualtone)

REPRISE VERSION 4

LP « Cover Girl » (1994, Columbia)

REPRISE VERSION 5

MAXI « This Must Be the Place (Naive Melody) » (2016, Warner)

REPRISE VERSION 6

LP « String Quartet Live! » (2015, Joyful Noise)

1BONUS : REPRISE VERSION 7 

C'est aussi le titre d'un film de Paolo Sorrentino (2011) avec Sean Penn où David Byrne, leader des Talking Heads, joue même son propre rôle. Dans une scène, Cheyenne (le héros alias Sean Penn) ex-star de rock gothique, explique à un gamin, qui lui a demandé de jouer la chanson, qu’elle n’est pas d’Arcade Fire mais des Talking Heads !!! 

Repost 0
13 septembre 2016 2 13 /09 /septembre /2016 22:31

Sur « A Sailor's Guide to Earth », excellent troisième album studio de Sturgill Simpson sorti en avril dernier, rayonne une petite pépite: “In Bloom” de Nirvana. Avec ses guitares bluesy & pedal-steel, ses cuivres groovy (trompette, sax, bugle), ses cordes célestes (violoncelle & violon) ainsi que son orgue envoûtant, cette reprise Country-folk/Soul du mythique groupe de Seattle est une réussite ultra planante ! Mais au-delà de cette chanson, c’est tout le disque entier qui vaut largement l’écoute. Et pour ne rien gâcher, sa pochette bleutée à l’ambiance maritime est magnifique.

 

 Sturgill Simpson - A Sailor's Guide to Earth (2016, Atlantic

 

Réalisateur : Matt Mahurin

Réalisateur : Kevin Kerslake

Repost 0
9 août 2016 2 09 /08 /août /2016 21:33

 Bonnie 'Prince' Billy - Pond Scum (Drag City/Domino) 22/01/2016 

 

Le troubadour folk Will Oldham alias Bonnie Prince Billy a sorti en tout début d’année « Pond Scum ». Ce n’est pas un nouvel album studio a rajouter à sa discographie pléthorique mais la synthèse de trois des six Peel Sessions qu’il a enregistré au cours de sa carrière, sous ses divers pseudos (Palace Brothers, Palace Songs, Palace Music ou Bonnie Prince Billy). En solo acoustique ou seulement accompagné de David Heumann d'Arbouretum, le poète barbu nous livre-là 10 chansons poignantes dont « The Cross », reprise de Prince extraite de son double chef d’œuvre « Sign 'O' the Times » (1987).

 

Une autre version par Billy Corgan (Smashing Pumpkins) avec Sierra Swan en live (22/04/2016)

Repost 0
26 juin 2016 7 26 /06 /juin /2016 02:35

Trouvé sur le net cette vidéo réunissant deux de mes obsessions artistiques : la musique (CocoRosie) et les Arts Plastiques (Robert Combas) !

Sur “Werewolf”, chanson du duo poétique et mystique CocoRosie, défilent des œuvres du plasticien français Robert Combas, inventeur et fer de lance dans les années 80 du mouvement « Figuration libre ».

Sexe, religion, musique (rock essentiellement), relecture des classiques de l’Histoire de l’Art, B.D, Pop culture….sont autant de thématiques récurrentes qui traversent son œuvre. Peintre, plasticien, sculpteur mais aussi performer ou musicien (son duo Les Sans Pattes avec Lucas Mancione), Robert Combas est un génial touche à tout très rock’n’roll !!!

D’ailleurs, je me souviens très bien de la magnifique rétrospective « ROBERT COMBAS, GREATEST HITS » au M.A.C de Lyon en 2012 (3000 m2 sur 3 niveaux). Et pendant 2 mois, l’artiste y avait même installé un atelier/studio d'enregistrement où il créait en direct face au public des peintures et des vidéos déjantées. Grandiose !! 

 

 WerewolfCocoRosie LP « The Adventures of Ghosthorse and Stillborn » (2007, Touch & Go)

 

 

POUR RAPPEL, DEUX BILLETS SUR COCOROSIE (avec liens vers mes autres papiers car j’ai déjà parlé d’elles sur ce blog à de nombreuses reprises)

 

« Un Live » : http://muziksetcultures.blog.sfr.fr/2016/01/cocorosie-live-2015.html

« Tales of a Grass Widow » (2013) : http://muziksetcultures.blog.sfr.fr/cocorosie-tales-of-a-grass-widow

Repost 0
28 mai 2016 6 28 /05 /mai /2016 23:54

Ce soir, une superbe chanson, le « Knockin'on Heaven's Door » de Dylan ! Plus qu’une chanson, c’est une complainte christique d’une obscure clarté, une incantation crépusculaire et lumineuse ! L’ombre côtoyant la lumière, et les ténèbres - la vie. Cette beauté ténébreuse est issue de l’album « Pat Garrett and Billy the Kid » (1973), bande originale du film éponyme de Sam Peckinpah dans lequel Bob Dylan joue un rôle. Unanimement considéré comme un des chefs-d’œuvre de Dylan, en voici quelques versions.

 

ORIGINAL

Television (LP « The blow-up » 1982)

Antony & The Johnsons (B.O.F « I’m Not There » 2007) 

Bruce Sprinsteen (Cafe Eckstein, Berlin, Germany, 1995)

Grateful Dead (LIVE, JFK Stadium, Philadelphia, 1989)

Guns N’ Roses (LP « Use Your Illusion II » 1991)

Avril Lavigne (EP « Nobody's Home » 2004)

Tamara (Audition The Voice 5, TF1, 2016)

Repost 0
17 avril 2016 7 17 /04 /avril /2016 20:45

Cautionary Tale” de Dylan LeBlanc (Single Lock Records) 15/01/2016

 

C’est le troisième album de Dylan LeBlanc, mais une totale découverte pour moi (Merci Charlu). Après moult écoutes passionnées de ce somptueux « Cautionary Tale », je me dis que le surnom de « nouveau Neil Young », donné à ses débuts par les rocks critics U.S, n’est pas du tout volé car un doux parfum de « Harvest » émane de cet album. Mais je pense à Ray Lamontagne aussi (surtout la voix) et à Nick Drake entre autre pour cet art d’enrober ces folk-songs dans des arrangements de cordes célestes.

Romantiques, mélancoliques, poétiques et ultra mélodiques, chacune des 10 chansons sont des petits bijoux où cordes (violons, violoncelles), cuivres (trompettes, trombones), pedal-steel, percussions et même claviers accompagnent parfaitement les guitares, la basse, la batterie et le chant totalement habité de Dylan.

 

Un disque 100 % Americana où se croisent, en toute liberté et simplicité, Folk, Country et même Blues. Une musique à très fort pouvoir onirique. À chaque écoute, je m’imagine ainsi parcourant les immenses espaces américains, le désert à perte de vue, les canyons ou les paysages enneigés, les grands lacs gelés…brefs, toute l’imagerie fantasmagorique que j’associe au Grand Ouest.

Avec « Cautionary Tale », le torturé songwriter Dylan LeBlanc a certainement sorti un des disques les plus sensibles de ce début d’année !! Alors, prêt pour ce récit édifiant ???

 

Repost 0
Published by Francky 01 - dans Folk-songwriting
commenter cet article
28 mars 2016 1 28 /03 /mars /2016 01:24

NEIL YOUNG & PROMISE OF THE REAL

 

Accompagné de son nouveau groupe Promise of The Real, Neil Young sera bientôt en France pour 5 dates afin de défendre son dernier album « The Monsanto Years » (2015, Reprise) : lundi 13 juin à Lille (Zénith), mercredi 15 à Lyon (Halle Tony Garnier), jeudi 16 à Marseille (Dôme), mardi 21 à Toulouse (Zénith) et jeudi 23 juin à Paris (Bercy AccorHotels Arena).

Sa dernière tournée française remonte à l’été 2013. J’ai eu la chance exceptionnelle de vivre son concert au théâtre Antique de Vienne, le lundi 15 juillet 2013. Entouré de son Crazy Horse originel, Neil fît parler la poudre, déchaina les éléments tel un chamane rock et nous offrit un concert magique, entre dérives soniques et bruitistes, jam sessions dantesques, déluges telluriques de guitares abrasives et dissonantes, solos endiablés et ballades folk élégiaques !! Un événement inoubliable qui restera gravé en moi pour toujours !

 

Ce soir, je vous propose un petit voyage dans le temps. Flash-back, retour en 1991 : Neil a 45 ans et vient de sortir le superbe et grungy « Ragged Glory ». Il embarque alors son Crazy Horse pour une tournée d’anthologie, le Smell The Horse Tour, ainsi que le groupe noise Sonic Youth, première partie des dates américaines devant un public médusé. Ce périple, digne de l’Iliade et l’Odyssée, sera immortalisé par le triple live « Arc-Weld » (voir ici : http://muziksetcultures.blog.sfr.fr/article-52494863.html). Alors, prêt pour le voyage ?? Are You Ready For The Country ???

 

Repost 0
19 février 2016 5 19 /02 /février /2016 20:52

 

 

Sparklehorse-DreamtForLight.jpg “Dreamt for light years in the belly of a mountain” (Capitol) 2006

J’ai récemment redécouvert avec un immense plaisir ce superbe disque que je n’avais pas écouté depuis pas mal de temps. Et parmi ses 12 chansons, une m’a particulièrement scotché : « Getting It Wrong » ! La voix de Linkous trafiquée, passée à travers un filtre robotique/vocoder, comme un chant neurasthénique sous hélium…rythme envoutant et répétitif d’une lenteur métronomique…orgue et clavier électrique produisant une douce et superbe mélodie…discrets arpèges et accords de guitare…bruits, craquements, divers sons électroniques…Un titre très cotonneux, à l’effet marshmallow et d’une douceur infinie, parfait pour l’hivers. 

Repost 0
31 janvier 2016 7 31 /01 /janvier /2016 16:21

Pour la sortie de « Heartache City » en octobre dernier, je vous avais proposé le clip de « Lost Girls ». Aujourd'hui, c’est à la prestation intégrale du concert de CocoRosie que je vous invite, en juillet 2015 au Bažant Pohoda Festival / Slovaquie.

 

Alors, plongez dans leur univers onirique et mystique, entre poésie naïve et grotesque - collage surréaliste & inventaire foutraque à la Prévert. Un monde ultra personnel fait d’un bric-à-brac poétique. Mais qu’y trouve-t-on ??? Des déguisements – des perruques & des maquillages outranciers, des danseurs & des performers…une musique entre folk en guenille, blues cabossé, électro bricolée, hip hop déglingué, gospel rêveur, pop bastringue…un toy piano – diverses machines & claviers, des samples de sons du quotidien (leur signature), de la flute, de la trompette & de la harpe, des parties vocales entre chant lyrique - voix nasillarde, harmonies et beat boxer…c’est tout cela CocoRosie, et même beaucoup plus !! 

Un univers fantastique si particulier que l’on traverse comme dans un rêve éveillé, songe ou spleen musical  !! 

 

Repost 0
19 janvier 2016 2 19 /01 /janvier /2016 19:46

Promises Of Pale Nights [Album] cover art

The Last Morning Soundtrack - Promises Of Pale Nights (Rival Colonia) 2015

 

Parmi les disques majeurs de l’année seulement écoulée, « Promises Of Pale Nights » s’est fortement démarqué. Et bien que découvert très tardivement (mi-décembre), un album qui m’a profondément scotché, au point même de se hisser sur les plus hautes marches de mon top annuel (n°11).  

Le second disque de The Last Morning Soundtrack rayonne d’une douce mélancolie au fort pouvoir hypnotisant. Mélodies somptueuses, arrangements d’orfèvres, arpèges de guitares cristallins et cordes célestes, voix de velours…contemplation, atmosphères élégiaques, douceur infinie, spleen poétique…Le groupe français, mené par Sylvain Texier, a produit une œuvre grandiose qui arrive à tutoyer les plus hauts sommets de la créativité !!

À ranger dans la discothèque entre « For Emma, forever ago » de Bon Iver, « My Favourite Faded Fantasy » de Damien Rice ou « Spectral Dusk » d’Evening Hymns.

 

Alors, prêt à être envoûté vous aussi par « Les promesses de nuits pâles » ??? Croyez-moi, vous ne le regretterez-pas !!! 

 

The Last Morning Soundtrack :

Guitare, piano, synthé, basse, batterie, percussions, glockenspiel, chant - Sylvain Texier 

Violoncelle - Juliette Divry 

Alto - Charlotte Ferron 

Violon - Lucie Menier 

Trumpette - Clément Lemenicier 

Trombone - Samuel Chapelain 

Chœurs - Vincent Roux, Damien Tillaut, Astrid Radigue, Thomas Bloyet, Nathanne Le Corre, Julien Le Tiec, William Josh Beck, Samuel Chapelain

Programmation - Benjamin Le Baron

 

Repost 0

Présentation

  • : muziksetcultures
  • muziksetcultures
  • : Lieu de réflexions, de découvertes et d'échanges des cultures indépendantes : musique, B.D, cinéma essentiellement.
  • Contact

Recherche